EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
CLIQUE ICI
mon chaton - toutes les deux heures hein ♥️
et gagnes des points !

nous sommes fières de t'accueillir sur la version 2.0 de FOQUE YOU, I'M PARISIEN ♥️
nous te souhaitons la bienvenue parmi nous et nous espérons que tu t'y sentiras comme chez toi !
si tu es nouveau, nous t'invitons à aller lire le règlement et le contexte.
des scénarios sont également à ta disposition, n'hésites pas à y faire un tour
et peut-être faire le bonheur de l'un de nos membres !
puis direction la fiche de présentation, tu as cinq jours pour la terminer.
BAZZART - PRD
soutenez le forum - on vous en sera reconnaissante ♥️

Partagez | .
 

 EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 20:34

eileen jane mcdonald

prénoms ⊱ eileen jane. c'est ça quand on a un papa britannique. nom ⊱ mcdonald. pas de commentaire. non, je n'ai pas trouvé ce nom en cadeau dans un happy meal. surnoms ⊱ leen, lili. date et lieu de naissance ⊱ 13|03|1993, dans la capitale française. âge ⊱ vingt ans. origines ⊱ anglaises. statut civique ⊱ célibataire. les mecs, c'est trop la galère. attirance ⊱ les garçoooooons. profession/étude ⊱ études de photographie. groupe ⊱ écrire ici. opinion politique ⊱ je ne m'intéresse pas à la poli... poli quoi déjà ? crédit ⊱ rpz tumblr susu.
about me ⊱ J'ai un grand frère qui a deux ans de plus que moi -Allan- que j'adore mais que j'aime beaucoup embêter • Je fume rarement, uniquement quand je suis nerveuse • Je suis de celles qui se rongent les ongles en pensant que ça va faire passer le stress • Je n'aime pas le sport excepté la gym et la danse • Ma mère est morte lorsque j'avais quatre ans • J'ai peur du noir, et je dors toujours avec les volets entrouverts de manière à ce qu'il y ait toujours un liserais de lumière • Je suis passionnée de photographie • Je travaille en tant que vendeuse dans une boulangerie pour me faire un peu d'argent de poche • J'adore regarder mon frèrre répéter avec ses potes • Je me mords toujours la lèvre inférieure quand je suis anxieuse • Je passe mon temps à chanter, même si selon mon frère je chante comme une casserole • Ma chambre est un véritable bordel • Je ne me livre pas facilement aux gens, et d'ailleurs, je déteste parler de moi • Je ferais tout et n'importe quoi pour les gens que j'aime • Je n'aime pas le café mais j'adore le chocolat chaud • J'adore manger la pâte à tartiner à la cuillère • J'aime bien me promener en sous-vêtements dans la maison parce qu'Allan dit que ça choque son âme pure et innocente, et ça me fait rire • Quand j'étais petite, j'ai tenté de me colorier les cheveux au surligneur jaune parce que je voulais devenir blonde comme Barbie • Je suis très observatrice et cerne assez bien les gens • Je déteste me coucher tôt • Je regarde souvent les dessins-animés le matin • J'aime les personnes qui savent me faire rire • J'écoute toujours la musique quand je suis seule dans les transports en commun • J'aime les sensations fortes • Je fais une collection de blagues carambar • Mes amis m'appellent souvent Big Mac à cause de mon nom de famille. Autrement, c'est Lili ou Leen.
Sept questions pour savoir où réside votre cœur.

▹ C'est dimanche. Au programme, ton occupation dominicale indispensable sera :
Un brunch en famille ou chez des amis de longue date.
Un tour en forêt, un jogging, une escapade dans les rues de Paris à la recherche de l'inconnu.
La glande totale devant un DVD. Éventuellement un café-aspirine entre potes vers 18h.

▹ Tu viens de recevoir ta paye et tu as envie de t'offrir un petit quelque chose :
Une énième paire de chaussures, un chapeau, un sac.
Un stylo, un cahier, un porte-clé.
Un nouveau blackberry, une babiole ultra luxe.

▹ C'est la saint-valentin aujourd'hui. Comment réagis-tu ?
Tu es seul(e) chez toi et tu te gaves d'un pot de glace goût chocolat-noisette.
Tu décides d'aller voir un(e) ami(e)/ton(ta) petit(e) ami(e) et de lui déclarer ta flamme.
Tu te fiches complètement de cette journée, elle est banale à tes yeux.

▹ T'es jeune et tu as tes préoccupations. Quelles sont-elles ?
Web, livre, fringue, téléphone, "C'est juste pas possible !"
Facebook, grave, soirée, roc, déchiré, "Ah mais ouais carrément !"
Dîner, bourse, défilé, BBM, Londres, "Tu devineras jamais ce que j'ai appris !"

▹ Et toi, tu te déplaces comment ?
En voiture/scooter/moto
En vélo/à pied
En métro/bus

▹ Si tu devais partir en vacances ou si on t'offrait un voyage, t'irais où ?
Un Club Med au soleil, avec vos potes ou votre chéri(e), ou alors un trip roots et sportif en Amérique du Sud.
Un peu à la campagne en famille, puis un peu en amoureux en Corse.
St-Tropez l'été, Courchevel l'hiver, ou New York.

▹ Cet après-midi, rendez-vous entre amis. Votre QG :
Un bar propre, staïly, à la déco qui se la raconte un peu.
Un salon de thé bobo, un café tout en bois, calme et cosy.
Un salon de thé à l'ancienne, un café bourgeois, un bar de musée ou d'hôtel.
pseudo/prénom ⊱ anaëlle. âge ⊱ vingt ans. scénario ⊱ non. fréquence de connexion ⊱ un peu tous les jours. avatar ⊱ kaya, la plus belle du monde, narmol. comment vous êtes arrivé là ⊱ ma soeur a suivi le projet de réouverture.
Code:
<pris>⊱</pris> kaya scodelario - [i]eileen j. mcdonald[/i]


_________________

i'm out of touch, i'm out of love




Dernière édition par Eileen J. McDonald le Dim 4 Aoû - 13:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 20:34


diamonds in the sky


CHAPTER ONE,
∞ I WAS HER, SHE WAS ME, WE WERE ONE, WE WERE FREE AND IF THERE’S SOMEBODY CALLING ME ON, SHE’S THE ONE. A peine avais-je entendu la sonnette retentir que je dévalais les escaliers à l’aide de mes petites jambes, criant à qui voulait bien l’entendre qu’il n’y avait que moi qui avait le droit d’ouvrir la porte. C’est moi qui ouvre, c’est moi qui ouvre ! répétai-je à bout de souffle alors que je venais d’atteindre le bas des escaliers. C’est mon anniversaire alors c’est moi qui accueille les n’invités, me justifiai-je simplement. A tout juste six ans, je ne manquais pas d’effronterie et je savais déjà faire ma petite loi, bien que ce ne soit en général pas bien méchant. Devant la porte, je me hissai légèrement sur la pointe des pieds afin d’atteindre la poignée, puis rassembla mes forces pour ouvrir la grande porte d’entrée. Sur le perron, je pouvais distinguer monsieur et madame Stanford, deux amis à mon papa que je connaissais bien pour les avoir souvent vus à la maison. A leurs côtés se tenait une petite fille d’à peu près mon âge, les cheveux blonds et bouclés –les mêmes que Boucle d’or– et une robe parme à volant. J’aurais tout donné pour avoir une aussi jolie robe. La voix de mon père me tira toutefois rapidement de mes pensées. Ah vous voilà ! Entrez, entrez, s’exclama-t-il alors qu’il posait doucement sa main sur mon épaule afin que je me décale de la porte pour laisser entrer les invités. Je me laissai faire, simplement, trop absorbée encore par la petite fille Stanford qui ressemblait décidemment parfaitement à une princesse. Sans même m’en rendre compte, j’arborai une petite moue bien digne de moi. C’était moi la princesse normalement. Après tout, c’était mon anniversaire, pas le sien. Un brin vexée, je m’apprêtai à tourner les talons, mais ce fut une nouvelle fois la voix de mon père qui me stoppa dans ma lancée. Tiens, Eileen chérie, tu n’as jamais eu l’occasion de rencontrer leur fille ? Je répondis d’un simple hochement de tête négatif. Joyeux niversaire ! lâcha alors la petite boucle d’or version Stanford, un large sourire sur le visage. Merci, répondis-je dans un murmure, la regardant à peine. Les filles, vous n’avez qu’à aller jouer dans le jardin, il y a du beau soleil. Vous en profiterez pour faire connaissance. Sans même que nous n’ayons le temps de réagir, tout le monde se dirigea vers l’extérieur. J’en fis donc de même et me rendis jusqu’à la balançoire, suivie de près par la blondinette. Cette dernière sur un siège, moi sur l’autre, nous nous mîmes naturellement à nous balancer dans le silence le plus complet, jusqu’à ce que la petite fille ne vienne le briser. C’est quoi ton prénom déjà ? Mon prénom ? Mon père venait de m’appeler par mon prénom il y a de cela à peine cinq minutes. Je levai les yeux au ciel avant de prendre une légère inspiration. Mon père m’avait dit de me calmer, j’étais apparemment très grognon en ce moment. Mais j’avais beau être un petit peu rebelle à mes heures perdues, j’avais toujours été polie. J’adressai un sourire à ma nouvelle camarade de jeu. Eileen, et toi ? Elle s’appelait Elisha. Je trouvais ça joli. Ce que j’ignorais à ce moment-là, c’était que bientôt, ce prénom ne se dissocierait jamais plus du mien. Il ne nous fallut d’ailleurs que quelques heures pour qu’il n’y ait plus de moi sans elle, ni d’elle sans moi.

∞ WE WERE YOUNG, WE WERE WRONG, WE WERE FINE ALL ALONG AND IF THERE’S SOMEBODY CALLING ME ON, HE’S THE ONE. Cela faisait bien une demie-heure que tout le monde était parti. Depuis, je n’avais plus décroché un mot, ce qui n’échappa à mon frère qui avait l’habitude de m’entendre pipeletter toute la sainte journée. Assise dans l’herbe, près de la cabane en bois où papa rangeait ses outils de jardinage et de bricolage, j’arrachai bêtement l’herbe, n’ayant rien trouvé de mieux à faire depuis le départ d’Elisha. Pourquoi tu boudes ? Je ne pris même pas la peine de relever le visage. Je savais que c’était mon frère qui se tenait désormais debout devant moi. C’est mon anniversaire, lâchai-je simplement, sans vraiment répondre à la question qu’Allan venait de me poser. C’est parce que c’est ton anniversaire que tu fais la tête ? Pff, tu comprends rien, me plaignis-je en levant les yeux au ciel. Je savais qu’il détestait quand je lui disais ça, et pour cause, c’était bien la seule personne qui me connaissait à la perfection et qui me comprenait mieux que quiconque, déjà à notre âge. Il ne répondit rien toutefois, et se contenta de s’assoir dans l’herbe en face de moi. Le silence qui s’était dès lors installé me pesait beaucoup, ce pourquoi je finis par prendre de nouveau la parole. C’est mon anniversaire et t’as même pas été avec moi de toute la journée. Ce n’était pas grand-chose, c’est vrai, mais dans mon cœur de petite fille, c’était déjà beaucoup. Allan et moi étions tout bonnement inséparables, et il ne se passait pas une minute sans que nous ne soyons fourrés ensemble à faire les quatre-cent coups. Allan soupira. Je crois qu’il cherchait les mots pour m’expliquer les raisons de son éloignement d’aujourd’hui. C’est parce que tu étais avec cette fille. Moi je suis un garçon, je joue pas avec les filles. Du haut de son mètre trente-cinq, le bouclé semblait déjà savoir ce qu’il voulait, et se comportait déjà comme un vrai mec. Cette simple pensée me fit esquisser un sourire. Il était incroyable. T’es trop nul, déclarai-je pour toute réponse avant de lâcher un petit rire qui rassura probablement le jeune garçon. Non je suis pas nul. Regarde, même que je t’offre un coquelicot rien que pour ton anniversaire. D’un air curieux, je le regardai cueillir une fleur et me la tendre. Il savait que j’adorais les fleurs et que ce que j’aimais par-dessus tout, c’était en arracher les pétales au gré de mes « je t’aime, un peu, beaucoup… ». Quoi qu’il en soit, je crois que mon frère était bel et bien un garçon, parce qu’il n’y connaissait définitivement rien aux fleurs. T’es bête, c’est une marguerite. Alors qu’Allan haussai négligemment les épaules, je pris la marguerite en question du bout des doigts et commençait à lui ôter ses pétales afin de savoir à quel point m’aimait mon frère. Tu m’aimes, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout. Tu m’aimes, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… Je grimaçai alors qu’il ne restai qu’un seul pétale accroché au petit cœur jaune de la fleur. Pas du t… Avant même que je n’aie le temps de terminer ma phrase, Allan m’agrippa doucement la main tandis qu’il m’adressai un petit sourire sincère. Pour la vie, me rectifia-t-il alors. Je t’aime pour la vie petite soeur.




CHAPTER TWO,
∞ WORK AND PLAY THEY’LL NEVER BE OK TO MIX THE WAY WE DO. Après le lycée, Elisha et moi avions pris l’habitude de passer le reste de l’après-midi ensemble. Nous étions inséparables et chaque minute était bonne à prendre, même après une journée entière de cours. Du moins, c’était mon point de vue personnel car il n’en était pas forcément de même pour la jolie blonde lorsque je passais mon temps à l’embêter – chacun ses passe-temps. Mais tu peux pas être amoureuse d’Allan, tu comprends ? Il rote, il pète, il ronfle la nuit, il fait jamais le ménage, il est de mauvaise humeur tous les matins, et puis… et puis il me martyrise ! Evidemment, ce n’était pas des choses bien graves, c’était un mec quoi. Mais l’idée même d’imaginer ma meilleure amie aimer mon frère était… bizarre. Trop bizarre. C’est mon frère ! m’exclamai-je alors pour toute conclusion, comme si ça justifiait le fait qu’elle ne puisse pas être amoureuse de lui. Assise sur le banc à mes côtés, Elisha ne disait rien, se contentant de me regarder, les sourcils arqués. Mais parle, dis quelque chose ! la suppliai-je presque. Elle savait que je détestais ça, et je crois qu’elle en profitait bien d’ailleurs. Qu’est-ce que tu veux que j’te dise ? finit-elle par me demander avec un léger sourire en coin. Et bah je sais pas moi… dis-moi que tu l’aimes pas, tentai-je innocemment. Désolée mais je peux pas te dire ça, tu le sais très bien… Et puis arrête de me prendre en photo comme ça ! Appareil photo en main, je ne cessai de prendre des clichés de la jolie blonde amoureuse. Après tout, l’amour est un thème universel qui marche toujours. Va falloir t’y habituer si tu veux devenir mannequin ma cocotte, lâchai-je en riant. Et puis comme ça, moi aussi je m’entraîne, terminai-je sans la quitter des yeux à travers mon objectif.
FLASHBACK - Tous deux assis sur le canapé, mon père et mon frère me lançaient des regards interrogateurs, me poussant ainsi à me lancer. Papa, Allan… j’ai quelque chose de très important à vous annoncer. Ouais bah on sait, c’est pour ça qu’on est là. Parle plus vite, j’ai dû faire pause en plein milieu de Pokemon Conquest j’te signale. Levant les yeux au ciel, je ne pris même pas la peine de prendre en considération les plaintes de mon frère. Bon voilà, je me lance… je suis lesbienne. Le regard instable, je portai mon attention sur mon père, sur mon frère, puis de nouveau sur mon père. J’attendais une quelconque réaction de leur part, mais ni l’un ni l’autre ne sut dire quoi que ce soit. Après avoir tenté de garder mon sérieux tant bien que mal, je ne pus m’empêcher de rire face à leurs têtes d’ahuris. Mais je rigole ! Vous êtes vraiment abrutis ! Je vis  leur tête qu’ils étaient plutôt soulagés et que s’ils avaient pû me frapper, ils l’auraient fait sans aucun doute. Heureusement, j’étais hors de portée pour le moment. Trêve de plaisanterie, je me décidai donc à prendre la parole, et plus sérieusement cette fois-ci. De toute façon, j’étais bien trop excitée pour les faire patienter davantage. J’ai été acceptée à mon école de photographie, annonçai-je enfin très fièrement tandis que j’arborais un large sourire qui en disait long sur ce que j’en pensais. Et ce fut d’ailleurs ce même genre de sourire qui se dessina alors sur les lèvres de mon père ainsi que de mon frère. Mais c’est genial ! s’exclama Allan avant de se diriger vers moi et de me prendre dans ses bras.  Je suis fière de toi ma puce, ajouta ensuite mon père qui venait tout juste de nous rejoindre, concluant ses propos d’un tendre baiser sur mon front. - FIN DU FLASHBACK.
Une chose était sûre, je n’avais pas l’intention de lâcher mon appareil de sitôt. La mort de ma mère lorsque j’avais seulement quatre ans avait un choc très douloureux bien que je ne m’en souvienne pas parfaitement, et plus les jours passaient, plus je gagnais en maturité, jusqu’à me dire qu’il ne fallait pas laisser fuir la vie sans en profiter. Chaque instant est unique et mérite d’être vécu. D’ailleurs, Charles Caleb Colton a dit : « Le moment présent à un avantage sur tous les autres : il nous appartient. » Je crois qu’il n’avait que trop raison. Et ce que je crois aussi, c’est que c’est probablement de là que me vient ma passion, celle de la photographie. Il faut savoir capturer les meilleurs moments de sa vie pour les savourer à sa manière. Ma manière à moi, c’est ça.



CHAPTER THREE,
∞ I GUESS I’LL ALWAYS BE A MYSTERY TO YOU BUT YOU TAUGHT ME HOW TO VALUE LIFE AND WHAT ELSE DO I NEED ? KNOWING THAT YOU WATCH OVER ME. J’arrive ! criai-je à Wayne de ma fenêtre avant de refermer cette dernière et de dévaler les escaliers. Tu vas où ? me demandai mon frère de… je ne sais où. Je sors avec Wayne, répondis-je simplement sans autres explications. Je n’avais absolument pas le temps d’en donner de toute façon, étant trop préoccupée à me regarder dans la glace afin de tenter de me coiffer convenablement. C’est qui ce Wayne ? J’étais tellement absorbée par ce besoin de me faire belle que je n’avais même pas entendu mon père arriver derrière moi. De manière machinale, je lâchai un soupir. Papa, je t’en ai déjà parlé un million de fois, me plaignis tandis que je me retournais pour lui faire face. C’est le mec à qui elle roule des p… C’est mon petit ami, déclarai-je alors afin d’interrompre mon frère. Cela faisait déjà un mois que je sortais avec Wayne mais mon père n’avait pas l’air d’avoir intégré l’information. Ou peut-être qu’il n’avait tout simplement pas envie de voir sa petite fille grandir. C’était la première fois que j’avais une relation que l’on pouvait qualifier de sérieuse. Je vis mon père se diriger vers la fenêtre de la cuisine afin d’observer ce fameux Wayne à travers les rideaux. Papa, t’es vraiment pas discret, lâchai-je en soupirant. Mais non, il ne me voit pas à travers les rideaux, je sais comment m’y prendre. Bonjour Mr. McDonald ! De l’extérieur, Wayne venait visiblement de repérer mon père et le salua ainsi, joignant à ses paroles un léger signe de tête. Bêtement, mon père se recula de la fenêtre pour revenir vers moi l’air de rien. Tu es irrécupérable, affirmai-je à l’intention de mon père en réprimant un rire. Allez, je file ! Attends ! La main sur la poignée, je fixai mon père d’un regard interrogateur. Tu fais attention, hein ? Mais oui papa ! Pour toute conclusion à cette discussion, je plaquai un baiser sur sa joue puis quittai la maison afin de rejoindre Wayne.

∞ HE AND I WAS SO DISFUNCTIONAL, IT COULDN’T LAST. HE MESSED WITH MY HEART BUT FRAGILE PIECES DON’T REGRET THE SORROWS. Comme souvent le week-end, j’avais fait la grasse matinée, tant et si bien que je m’étais levée après tout le monde, même après la marmotte qu’était mon frère. Munie d’un t-shirt trop large en guise de pyjama ainsi que d’une paire de grosses chaussettes chaudes, douces et moelleuses comme je les aime, je descendis les escaliers pour me rendre jusqu’à la cuisine, après être passée déposer un gros bisou sur la joue de mon père qui était bien calé dans le canapé pour visionner je ne sais quelle émission de sport. Comme je m’y attendais, j’avais pu retrouver mon frère dans la cuisine, en train de manger d’énormes tartines de Nutella tel un orge qui dévorerait un petit enfant bien dodu avec appétit.  Un sourire crispé sur les lèvres, je pénétrai dans la cuisine, me contentant de foncer tête baissée vers le frigo pour en sortir la brique de lait encore à moitié pleine. Salut, marmonnai-je dans le même temps, sans grand enthousiasme. Avec le même automatisme dont j’avais fait preuve pour me rendre jusqu’au frigo, je me dirigeai vers le placard, empoignai un bol et un paquet de céréales, et allai déposer le tout sur le plan de travail. Par la suite, je m’asseyais en tailleur sur ce dernier – bah quoi ? Papa n’est pas dans les parages alors YOLO. C’est alors qu’Allan commença à m’adresser la parole. L’air de rien, j’écoutai son monologue, mais dès que j’enfournai une cuillère de céréales dans ma bouche, je n’entendais plus qu’un mot sur deux. Bah oui, les céréales, ça croustiiiiiille. Fait chier.  CRIC CRAC CROC. Ok, j’allais pas y arriver à ce rythme. Aussi, je tentai de lire sur ses lèvres, les yeux plissés pour plus de concentration. T’es constipée Lili ? La voix de mon frère me sortit très rapidement de mes pensées, et les éclairs que je lui lançai en un simple regard ne présageaient rien de bon. Eileen. Je m’appelle Eileen. Lorsque je ne permettais plus le bouclé de m’appeler par ce surnom, c’était mauvais signe. Très mauvais signe. Et ça, Allan n’était pas sans le savoir. C’était un fait, ce matin, je n’étais pas dans mon assiette. Attends… me dis pas que Wayne et toi c’est ENCORE fini ? Mon frère me connaissais trop, ça commençait presque à me faire peur. N’ayant aucune envie de polémiquer sur le sujet, je me contentais d’acquiescer positivement. Ça va, c’est pas si grave, c’est que la quatrième… ou cinquième fois, hein ? Ce qu’il pouvait m’agacer quand il prenait tout à la légère comme ça. Je savais bien qu’il essayait simplement de me remonter le moral à sa manière, mais pour une fois, ça ne marchait pas vraiment. Non, c’est vraiment terminé cette fois, répliquai-je le plus sérieusement du monde. Oui, c’est ce que tu dis à chaque fois, me fit alors remarquer mon bouclé de frère. Mais cette fois c’est pas pareil ! C’est définitif. J’avais haussé le ton sans même m’en rendre compte. Et pourquoi ce serait différent ? Parce que c’est moi qui l’ai quitté. Peut-être que pour Allan, ce détail ne justifiait aucunement le fait que c’était définitivement fini entre Wayne et moi, mais pour moi, ça l’était. Pourquoi ? s’enquit mon frère, par curiosité. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me pose cette question, et je n’avais moi-même pas du tout envie d’en parler. Pour rien, répondis-je bêtement en enfournant une nouvelle cuillère de céréales.
FLASHBACK - Je voyais Wayne faire les cent pas, et pour être honnête, ça me stressait plus qu’autre chose. Cela faisait au moins trois fois que je lui répétais de se calmer mais rien n’y faisait. Ça fait déjà un petit moment que c’est fini nous deux, tu crois pas ? Et puis regarde… on passe notre temps à s’engueuler ! Au moins, ma prise de parole eu le don de le faire s’arrêter net. C’est toi qui cherche les problèmes Leen, pas moi. Oh bien sûr, c’est tellement plus simple de se donner bonne conscience en donnant tort aux autres. Je ne suis pas toute noire et tu n’es pas tout blanc. Je restai silencieuse quelques instants, attendant une quelconque réaction mais celle-ci ne vint pas. Je repris donc la parole. Et puis je ne cherche rien du tout, tu le sais très bien… c’est toi qui es trop jaloux, Wayne. A en juger par son attitude, je sentais qu’il était gêné, mais je m’en fichais pas mal. Pour la énième fois depuis le début de notre conversation, je soupirai bruyamment. Le jeune homme n’était définitivement pas décidé à changer quoi que ce soit dans notre relation, et il était clair que moi, cela ne me convenait plus. Je ne pouvais toutefois pas nier que mes sentiments pour lui n’avaient pas totalement disparus et que peut-être bien que c’était une simple dispute parmi tant d’autre. Cependant, je préférais clore la discussion pour aujourd’hui. Sans rien ajouter, j’empoignais mon sac et me dirigeai vers la porte d’entrée de son appartement. Tu vas où ? Au fond, je savais qu’il s’en voulait et qu’il n’avait aucunement envie de mettre un terme à notre relation. Mais ce que je savais aussi, c’était que nous tournions en rond et qu’il valait peut-être mieux en reparler lorsque nous aurions l’esprit plus tranquille. Qu’est-ce que ça peut te foutre ? le questionnai-je rhétoriquement sans même me retourner. Eileen, pars pas ! Avant même que je n’aie eu le temps de réagir, Wayne agrippa mon poignet afin de me retenir, resserrant fortement son étreinte. Il resta ainsi quelques minutes, et je fis de même alors que les larmes me montaient aux yeux. Arrête… tu me fais mal, me plaignis-je avec difficulté. Mais le jeune homme ne me lâcha pas pour autant. De toutes mes forces, j’essayai de retirer mon poignet de son emprise en tirant violemment le bras. Au bout de quelques secondes, je réussis enfin. Une légère grimace se dessina sur mon visage alors que je sentais mon poignet m’élancer après avoir ressenti une vive douleur. Je remontai instinctivement ma manche afin d’y jeter un coup d’œil et pus y distinguer une auréole violacée qui se faisait de plus en plus distincte. Les yeux encore humides de larmes, je posai de nouveau mon regard sur Wayne qui semblait à la fois désemparé et désolé. Mais il n’était plus question de me laisser attendrir. Ne me touche plus jamais, t’as compris ? Plus jamais. J’veux plus te revoir. Ce fut les derniers mots que je lui adressai pour la journée, ponctuant notre brève discussion d’un claquement de porte. - FIN DU FLASHBACK.
Évidemment, ce n’était pas facile pour moi, et je regrettais parfois. Mais en mon for intérieur, je ne voulais réellement plus rien avoir à faire avec Wayne. De toute façon, je l’ai jamais vraiment aimé celui-là. C’est un idiot et il ne te mérite pas. Alors peut-être que j’ai tendance à te surprotéger  et à être un brin trop possessif avec toi, mais il faut bien se mettre dans le crâne que le premier que je chope à faire souffrir ma petite soeur, je le transforme en galette Sarazin à coup de poêle Tefal. Allan avait sorti cette phrase tellement naturellement que je ne pus m’empêcher de rire, enfin. C’était bien la seule personne au monde capable de me faire sourire même dans les pires moments de ma vie.




CHAPTER FOUR,
∞ OH I LOVE YOU LIKE A BROTHER BUT LET’S NOT PRETEND HOW I WISH FOR LINGERING GLANCES. SO ARE WE FRIENDS OR ARE WE MORE ? AS I’M WALKING TOWARDS THE DOOR I’M NOT SURE. Je venais tout juste de terminer ma journée de cours, et je n’avais qu’une seule envie : quitter la fac pour rentrer chez moi où j’avais bien l’intention de passer une soirée tranquille. Il y a des jours avec et des jours sans. Pour sûr, cette journée faisait partie des jours sans. J’hésitais encore entre le faire qu’elle ait été exténuante ou ennuyeuse comme la pluie. Quoi que de mon point de vue, c’était probablement les deux combinés. Pour bien commencer cette journée en question, j’étais arrivée avec un bon quart d’heure de retard. J’aurais pu sortir la banale excuse du « mon réveil n’a pas sonné », mais la vérité était qu’en fait, c’est moi qui ne l’avais pas entendu. Pour cause, j’avais passé une bonne partie de la nuit à discuter avec Elisha via texto. Evidemment, ce n’était jamais bon de se coucher à 3h00 passé lorsque l’on a cours le lendemain. Toutefois, je ne suis pas raisonnable pour un sou, j’en conviens. Bref, lorsque la sonnerie annonçant la fin des cours retentit enfin, je ne perdis pas de temps pour fourrer mes affaires dans mon sac en vitesse et m’éclipser de cet amphithéâtre. Je m’étais dirigée d’un pas pressé vers mon casier dans lequel je déposai précipitamment mon surplus de livres et de cahiers. Enfin le calvaire de la journée était terminé. Et en effet, il fallait croire que la roue venait tout juste de tourner. Alors que je fonçai à l’extérieur tête baissée, une voix familière m’interrompit dans ma marche. Eileen ! Je me retournai automatiquement, faisant ainsi face à Rafaël qui se dirigeait vers moi. Rafaël ? Tu fais… Je… euh… Ok, ça commence bien. Le sourire amusé qu’arborait d’ailleurs le jeune homme ne manqua pas de confirmer le fait que je devais avoir l’air totalement ridicule à ce moment précis. Qu’est-ce que tu fais là ? lui demandai-je simplement après avoir à peu près repris mes esprits. Bah je passais dans le coin et puis comme je devais passer chez toi pour voir Allan, je me suis dit qu’on pouvait peut-être faire le chemin ensemble. Sans même que je ne m’en rende compte, un sourire des plus niais se glissa sur mes lèvres et, sans rien ajouter, je me mis donc à avancer à ses côtés. Les premières minutes se firent plus silencieuses que je ne l’aurais imaginé. Rafaël se contentait de fumer sa clope, et à vrai dire, j’avais l’impression que j’en aurais bien besoin moi aussi. J’étais anormalement nerveuse et j’avais besoin de me donner une contenance. Je savais que je ne devais pas réagir ainsi ; ce n’était que Rafaël après tout, pas vrai ? Mais peut-être bien que le « que » était de trop. T’aurais pas une cigarette s’il te plait ? lui demandai-je le plus naturellement du monde alors que le jeune homme venait tout juste d’écraser son mégot. J’en ai oui… mais pas pour toi, se contenta-t-il de me répondre avec un sourire narquois – ouais, vous savez, ce sourire qui me… ah ! – Et pourquoi pas pour moi ? Rafaël ne me répondit pas immédiatement, préférant plonger son regard dans le mien durant quelques secondes qui me parurent une éternité tant j’avais été troublée. Toujours silencieux, le jeune homme passa ensuite son bras autour de mes épaules, se rapprochant ainsi de moi. Parce que je prends soin de toi, déclara-t-il pour toute réponse avant de déposer un baiser sur ma tempe, sans pour autant stopper sa marche. A ce moment précis, j’avais tenté de me persuader que mon cœur ne s’était absolument pas mis à battre la chamade. Non, pas du tout. Mon cœur n’avait pas le droit de s’accélérer comme ça. Rafaël, c’était comme un grand frère pour moi, et on n’est pas censé avoir ce genre de sentiments pour un grand frère.

POINT DE VUE N°1 ∞ I CAN'T SEE ANYTHING PAST HIS EYES, I'M FIXATED ON HIS SMILE. I'M THINKING THESE THINGS WHILE I'M TRYING TO SAY THIS LIE. EILEEN ET ELISHA – Eileen entendit des pas tambouriner dans l’escalier puis se diriger jusqu’à sa chambre jusqu’à ce que la porte s’ouvre d’un geste vif. QUOI ENCORE ? cria la brunette, persuadée qu’il s’agissait encore de son père qui n’était visiblement pas décidé à la laisser tranquille aujourd’hui. Mais contre toute attente, ce fut la silhouette de sa blondinette de meilleure amie qui se dessina dans l’encadrement de la porte. Le premier réflexe de la brunette fut de refermer le capot de son ordinateur aussi rapidement que possible et de se redresser sur son lit comme si de rien n’était. Ah, Shasha ! Qu'est-ce que tu fais là ? Quelle question ! Je viens render visite à ma meilleure amie, mais… je rêve ou tu étais en train de faire un Skype avec Rafaël là ? L’air de rien, Eileen se contenta de poser la main sur son ordinateur et de sourire innocemment à sa meilleure amie. Quoi ? Moi ? Pff, non, pourquoi ? Bien consciente que ses propos étaient tout sauf convaincants, la jolie brune repris la parole. Oui bon ok… peut-être un peu, et alors ? C’est normal de faire des Skype avec ses amis j’te signale, se défendit-elle un peu maladroitement. Oui tout à fait. Et c’est normal aussi de faire un Skype avec le mec pour qui on a le béguin, ajouta la blondinette avec un sourire qui insinuait beaucoup de choses. Mais n’importe quoi ! Il est comme un grand frère pour moi, ça n’a rien à voir, tenta de s’expliquer Eileen, en essayant de se persuader elle-même, par la même occasion. Mais contrairement à elle, Elisha n’était pas dupe et savait pertinemment que si Rafaël était bel et bien comme un grand frère pour elle, il n’était pas que ça.

POINT DE VUE N°2 ∞ I'VE TRIED PLAYING IT COOL BUT WHEN I'M LOOKING AT HER I CAN'T EVER BE BRAVE 'CAUSE SHE MAKES MY HEART RACE. ALLAN ET RAFAËL - Tu faisais quoi avec ma sœur tout à l’heure ? Bah on regardait la télé en t’attendant, répondis Rafaël naturellement. Le bouclé l’avait bien vu lorsqu’il était arrivé, alors pourquoi posait-il cette question. Enfin elle était quand même bien affalée sur toi, rétorqua Allan, un air de reproche dans la voix. Rafaël réprima un rire avant de prendre la parole à son tour. Ouais enfin ça, c’est Lili. Tu connais ta sœur, elle est tout le temps affalée comme ça. Les propos du jeune homme n’étaient pas foncièrement faux, et Allan en était conscient. Seulement, il n’appréciait pas que son meilleur ami ne touche à sa sœur de trop près, en tout bien tout honneur ou pas, c’était pareil. Ouais, mais quand elle est affalée, c’est généralement sur des cousins, pas sur mon meilleur pote, tu saisis la nuance ? le questionna-t-il rhétoriquement. Eh, ça va, j’y touche pas à ta soeur, se défendit Rafaël, un brin amusé. Ta sœur, c’est un peu la mienne aussi j’te signale. Heureusement d’ailleurs. Elle est trop jeune pour être corrompue par un bad-boy comme toi ! Lili, c’est défense de toucher, tu le sais, insista le bouclé en riant, bien qu’il soit totalement sérieux. Rafaël savait qu'Allan terminait les cours à 17h, et pourtant, il était venu l'attendre à la maison une bonne demie-heure avant. De toute façon, je l’ai assez prévenue de se méfier. Elle sait que t’es pas fréquentable. Rafaël ne put s’empêcher de rire à la remarque de son meilleur ami. C’est vrai qu’il était bien loin d’être le mec idéal, mais une chose était sûre, c’était qu’il ne ferait jamais de mal à Eileen.

POINT DE VUE N°3 ∞ SO IT’S OVER AND YOU HEART IS ON THE FLOOR AND YOU NEED A WAY TO RUN AND HIDE. NOW YOU’RE KNOCKING ON MY DOOR TRYING TO PICK UP AND SAVE YOUR PRIDE. EILEEN ET WAYNE - C’est qui ? Les écouteurs dans les oreilles, Eileen n’avait pas entendu Wayne arriver. Sans lui répondre, la jeune fille regarda alors l’endroit qu’il lui avait indiqué d’un signe de tête. De l’autre côté de la rue, Rafaël était en train de fumer tranquillement une cigarette à la terrasse d’un café. Personne. C’est seulement le meilleur ami de mon frère, répondit-elle sans davantage d’explications. Elle n’avait absolument pas envie d’en parler avec lui, et c'est d'ailleurs ce qu'elle ajouta. Et bah ça tombe bien puisque je n’avais pas l’intention de te parler de ça non plus, lâcha le jeune homme en se rapprochant de la brunette. D’un geste de la main, il poussait délicatement sa masse de cheveux bruns de l’autre côté de son épaule et déposa ses lèvres sur la nuque d’Eileen. Wayne arrête ça ! lui demanda la jeune fille d’un ton sec, se détachant vivement de son étreinte. J’suis pas ta chose, tu peux pas me jeter et me reprendre comme ça, alors arrête ton petit jeu maintenant. C’est toi qui a voulu tout arrêter, pas moi, rectifia Wayne, un léger sourire en coin. Mais ça n’a jamais rien changé, tu es toujours à moi. C’était un fait ; il fut un temps où la jeune fille lui appartenait presque totalement, comme si elle avait toujours été sienne et le serait toujours. C’était comme si Eileen lui avait toujours appartenue, et pour cause, la brunette avait toujours eu du mal à se détacher de lui. Peu importe, le résultat est le même ! On n’a plus rien à faire ensemble, tu le sais aussi bien que moi. La jeune fille n’était pas contre le fait de le fréquenter s’il s’agissait d’amitié, et uniquement d’amitié. L’amour entre eux, cela ne fonctionnait plus depuis bien longtemps. Toutefois, vexé de son attitude, Wayne resta silencieux durant de longues minutes, cherchant à comprendre ce qui leur était arrivés. En tout cas, il a de la chance, finit-il par lâcher dans le vide.  Qui ? l’interrogea Eileen, le regard interrogateur. Lui. Une nouvelle fois, le jeune homme indiqua Rafaël d’un bref signe de tête. A sa remarque, la brunette ne put s’empêcher de rire nerveusement. Pourquoi tu dis ça ? Au fond de toi, tu sais pourquoi, se contenta de répondre Wayne avant de reculer de quelques pas, ne la quittant pourtant pas des yeux. Ça lui faisait mal de l’admettre, mais il n’était pas né de la dernière pluie. Il essayait simplement de ne pas y penser davantage, au risque que sa jalousie maladive ne fasse de nouveau des siennes. Alors qu’il était sur le point de partir, le jeune homme se ravisa. Ce regard, la manière dont tu le regardes… tu me regardais de la même façon quand tu étais encore amoureuse de moi. Suite à cela, il se contenta de tourner les talons.

POINT DE VUE N°4 ∞ BABY I WANNA KNOW WHAT YOU THINK WHEN YOU’RE ALONE, IS IT ME ? WE’VE BEEN FRIENDS FOR A WHILE, WANNA KNOW WHEN YOU SMILE ARE YOU THINKING OF ME ? BABY TELL ME WOULD IT CHANGE IF I TELL YOU WHAT I WANTED TO TELL YOU. MAYBE I JUST GOTTA WAIT, MAYBE THIS IS A MISTAKE, I’M A FOOL YEAH. EILEEN ET RAFAËL - Tu te moques pas de moi, si je pleure c’est parce que c’est triste, piaillait Rafaël avec une voix efféminé dans le but d’imiter Eileen. TU M’ENERVES ESPECE DE TRAITRE ! hurla la brunette en question pour sa défense avant d’asséner un coup de coussin au jeune homme. Eh ! ça fait mal ça !, se plaignit faussement Rafaël en se massant le crâne. Mais il n’avait pas dit son dernier mot. D’un geste aussi vif qu’inattendu, le beau brun bouscula la jeune fille afin de la faire tomber sur le canapé, puis se laissa tomber sur elle, comme pour l’écraser sous son poids. T’es oblige de t’étaler sur moi comme une baleine échouée ? riait Eileen en tentant en vain de se dégager. Vas-t-en maintenant tu m’étouffe je… Sans trop savoir pourquoi, la jeune fille fut interrompue dans ses propos. Les lèvres de Rafaël n’étaient qu’à quelques centimètres des siennes, et elle pouvait sentir sa respiration au creux de sa nuque. Le jeune homme, quant à lui, était désormais immobile tandis qu’il observait la brunette, incapable de détacher son regard du sien. Mais il ne pouvait pas. Il n’avait pas le droit de faire ça. Le bruit de la porte d’entrée vint toutefois les sortir tous deux de leurs pensées, ce qui n’était peut-être pas si mal en fin de compte. Pris de cours, Rafaël et Eileen se redressèrent, remarquant ainsi le regard du père de la jeune femme qui était déjà rivé droit sur eux. Rafaël, lâcha-t-il simplement en guise de salutation. Le regard désapprobateur qu’il lança ensuite à la brunette ne passa pas inaperçu pour cette dernière. Elle savait ce que son père pensait de Rafaël, et à vrai dire, il n’en pensait rien de bon. Gênée de la situation tant envers son père qu’envers le jeune homme, Eileen voulu prendre la parole mais le beau brun la lui coupa. Je… vais y aller. Attends, Allan devrait arriver dans pas longtemps normalement. Laisse tomber, je le verrai plus tard. Tu n’as qu’à dire que je suis passé. Sans attendre de réponse de la part de la jeune fille, il déposa simplement un baiser sur son front puis se rendit vers la porte qu’il referma derrière lui, pensant qu’il ferait mieux de ne pas écouter les petites voix dans sa tête qui le poussaient à faire des choses qu’il ne devait pas faire.



CHAPTER FIVE,
∞ YOU’RE NOT ALONE, TOGETHER WE STAND, I’LL BE BY YOUR SIDE YOU KNOW I’LL TAKE YOUR HAND WHEN IT GETS COLD AND IT FEELS LIKE THE END, THERE’S NOWHERE TO GO YOU KNOW I WON’T GIVE IN. LILIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! Ok. Ça, ça sent mauvais. T’ES OÙÙÙÙÙÙÙÙ ? Le plus loin de toi possible ! criai-je du canapé où j’étais affalé comme un lézard au soleil. Malheureusement pour moi, mon frère ne tarda pas à me retrouver et à se poster juste devant la télévision. J’arquai les sourcils, le dévisageant de haut en bas. Ferme les yeux et concentre-toi bien. Avec un peu de chance, tu vas disparaître. Toutefois, la tête de trois pieds de long que tira le bouclé suite à ma remarque me mis rapidement dans l’ambiance. Même le jour de mon vingt-et-unième anniversaire, Allan n'était pas décidé à me laisser en paix. Ok, l’heure est grave mes amis. Je me redressai légèrement avant de poursuivre. Quoi encore ? soupirai-je, appréhendant déjà sa réponse. C’est toi qui a fouillé dans mes affaires de cours ? Je ne pus m’empêcher d’émettre un léger rire. J’avais déjà assez de mes cours comme ça sans m’occuper de ceux des autres. Mais où est-ce qu’il allait chercher ses conneries celui-là ? Et pourquoi ce serait moi ? le questionnai-je en me plaignant par la même occasion que de toute façon, c’était toujours de ma faute, et bablabla. Ce genre de discours qui me permettait de révéler aux yeux du monde la martyrisation dont j’étais victime dans cette baraque. Bah j’sais pas, une intuition. Sans même me laisser le temps de répondre, il brandit son agenda qu’il vint déposer juste sous mes yeux de manière à ce que je voie le massacre. Qui d’autre aurait pû prendre un surligneur et écrire “Eileen, la meilleure sœur du monde” partout sur mon agenda avec des cœurs tout autour, hein ? Surtout, ne pas rire. Je me pinçai les lèvres tandis que je fixai mon œuvre dont j’étais plutôt fière au final. Bah j’sais pas moi, demande à papa, il se rend compte que je suis une sœur exceptionnelle, lui, commençai-je avant de lever les yeux vers le jeune homme. Ou peut-être bien que c’est toi ? Et tu me fais porter le chapeau parce que t’assumes pas. Alors là y’a aucun risque trouduc’ ! hurla Allan avant de m’asséner un grand coup d’agenda sur la tête. Eh mais ça va pas ou quoi ? J’y peux rien, j’ai des tendances somnambules ! J’fais des choses la nuit, c’est quand même pas une raison pour me frapper espèce de… démon malfaisant ! C’est vrai que quand il s’y mettait, il avait vraiment des allures de psychopathe, et pas qu’un peu. Pour en avoir fait si souvent les frais, je savais de quoi je parlais. C’est ça ouais, prends-moi pour un abruti ! Le petit haussement de sourcil qui accompagna mon hochement de tête en mode « bah en même temps, comment faire autrement ? » n’échappa pas à Allan la menace qui se mit à crier en y mettant tout son cœur et ses poumons. JE T’EMMEEEEERDE ! Bof, ça avait le mérite d’être clair. Je ne perdis pas de temps pour prendre la parole à mon tour. On est deux ! Tu sais quoi ? Tu es le gras dans mon jambon, l’ampoule sous mon pied, le morceau de saucisson coincé entre mes dents, le caillou dans ma chaussure ! Ah ouais ? Et ça veut dire quoi ça ? Ça veut dire que tu me brises les ovaires ! Désespéré par mon cas je crois bien, le bouclé se contenta de tourner les talons et de quitter le salon, non sans un dernier mot de conclusion. GROGNASSE ! BRANLEUR ! C’est ainsi qu’Allan et moi nous déclarions quotidiennement notre immuable amour fraternel. Du romantisme à l’état pur. Et pourtant, malgré toutes nos chamailleries quotidiennes, Allan était sûrement la personne qui comptait le plus au mondes pour moi, et même s'il s'évertuait à me faire croire le contraire, au fond, il en était de même pour lui. Nous ne pouvions pas vivre l'un sans l'autre, et c'était peut-être cela qui lui avait donné son idée de cadeau pour mon anniversaire ce soir-là. Qu’est-ce que c’est ? demandai-je bêtement alors que j’observai le paquet les yeux brillants. Bah ouvre, patate ! C’est ce que je fis avant même qu’il ne me réponde. A l’intérieur se trouvaient deux bracelets presque identiques, chacun comportant un petit pendentif qui représentait la pièce d’un puzzle. C’était une sorte de bracelet de l’amitié, en fait. Et pour être honnête, je trouvais cela tout bonnement adorable. Je me souvenais encore du jour où j’avais fêté mes six ans et où il m’avait promis d’être là pour moi toute la vie. J’avais l’impression que cette phrase prenait désormais tout son sens. Le sourire que j’arborais ne quittait plus mes lèvres, et de manière spontanée, je sautai au coup de mon frère, plaquant par la même occasion un énorme baiser sur sa joue. Tu es le meilleur. J’essaie d’être à la hauteur de ma petite soeur. Ce bracelet, c’est devenu mon porte bonheur, au même titre que mon frère que j’avais toujours considéré ainsi depuis ma naissance.





_________________

i'm out of touch, i'm out of love




Dernière édition par Eileen J. McDonald le Mar 6 Aoû - 13:41, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:00

Bienvenue ! kya 
ton  avatar est absolument divin .. rosie
Good luck avec ta fiche pompom
Revenir en haut Aller en bas
avatar

J E U N E ★ H E R O
Without pain, how could we know joy?' This is an old argument in the field of thinking about suffering and its stupidity and lack of sophistication could be plumbed for centuries but suffice it to say that the existence of broccoli does not, in any way, affect the taste of chocolate.

A PARIS DEPUIS : 30/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 111
PSEUDO : Nana Lee
CREDITS : Tumblr ~ moi ~ chester sur bazzart pour la signa


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:06

KAYAAA kya 

Fait moi des bébés <3 pompom 

_________________
Jake
We can be Heroes, but just for one day. ★
Jake

 
 
 

(c)Smynterakame
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1338-kian-humanity-is-just-nasty-and-there-s-no-silver-lining
avatar


A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 135
PSEUDO : LONDON JUKEBOX.
CREDITS : wanderlust + wild heart


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:30

HAN KAYA + EILEEN + OMGG on se connait (pas des masses j'avoue Arrow ) j'étais la première personne à tenter Emrys avant qu'on ne me le choure (vdm) mdr 
bienvenue ici en tout cas bazinga et super choix bien sûr, j'ai toujours eu un coup de coeur pour ce prénom... love 

_________________

∞ hear me raawr.
T'es venu avec ton stand de bric à brac. Tu m'as vendu mondes et merveilles. Je me serais crue dans le pays enchanté de Peter Pan. Tu étais ce garçon qui refuse de grandir et j'étais ta Wendy. Mais du jour au lendemain tu es parti combattre le capitaine crochet et tu n'es jamais revenu. En partant tu as tout repris, tu ne m'as rien laissé, tu as même volé mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:37

    MYRIAM - Merci beaucouuup. I love you 

    KIAN - When you waaaaant ! kya  Hihi, merciiiii. love 

    LOUIS - Awwwwwww comme on se retrouuuuuve (trop de destin en nous t'sais quoi mdr). En plus pour finir, mon Emrys n'a jamais été pris et pis le forum a fermé so... je voulais retenter mon personnage quand même quoi :racontagedelifeactivé: BREUUUUUWF, je me shut up et pis... pour la peine, il nous faudra un lien. cutie 

_________________

i'm out of touch, i'm out of love


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 135
PSEUDO : LONDON JUKEBOX.
CREDITS : wanderlust + wild heart


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:40

ouais j'ai vu ça mais bon quand j'ai vu qu'emrys² me répondait plus j'ai abandonné, puis j'avais plus la fois de recommencer encore une fois ma fiche tu vois Rolling Eyes bref, c'est clair qu'il nous faut un méga lien btw love 

_________________

∞ hear me raawr.
T'es venu avec ton stand de bric à brac. Tu m'as vendu mondes et merveilles. Je me serais crue dans le pays enchanté de Peter Pan. Tu étais ce garçon qui refuse de grandir et j'étais ta Wendy. Mais du jour au lendemain tu es parti combattre le capitaine crochet et tu n'es jamais revenu. En partant tu as tout repris, tu ne m'as rien laissé, tu as même volé mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« je ne suis pas de ceux qui se résignent devant la roue du destin, je la détruirai si elle ne tourne pas à ma guise. »

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 51
PSEUDO : lauu _ (laurine).
CREDITS : tumblr is my boyfriend.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:51

j't'aime poussin love 

_________________
on your shoulder, on your shoulder,
i can reach an endless sky, feels like paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1411-elisha-my-life-is-like-a-mirror-it-is-only-a-reflection-of-myself
avatar

les meurtrières.
les dieux nous envient parce que nous sommes mortels, parce que chacun de nos instants peut être le dernier, et que tout est beaucoup plus beau car nous sommes condamnés. tu ne seras jamais plus ravissante qu'à cet instant. plus jamais nous ne seront seuls ici tous les deux.

A PARIS DEPUIS : 20/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 811
PSEUDO : northern lights. (manon)
CREDITS : lollipops.


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 21:58

ton avatar me vend du rêve. rosie  bienvenue ! love

_________________
Aux génocides qu'on nous vend, à nos consciences les tremblements ; tu sais tout ça ne m'émeut guère et puis le destin de la Terre : elle peut mourir moi je m'en fous, puisqu'elle me fait vivre sans toi, puisque tous les levers du jour sans toi ne se relèvent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1232-ces-navires-fous-qui-ne-savent-plus-ou-jeter-l-ancre-ronan
avatar

« ADMINISTRATRICE »

A PARIS DEPUIS : 10/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 1293
PSEUDO : yuliana
CREDITS : moi-même


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 22:30

bienvenue parmi nous cutie
n'hésites pas si tu as des questions I love you

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1170-danae-lynn-je-te-regarde-tu-me-regardes-tu-crois-que-je-t-aime-mais-je-t-emmerde
avatar

La vie coule entre mes doigts. Je n'ai pas réussi à en trouver le sens. Je ne vis pas, j'aveuglette. Mal avec les autres, mal avec moi-même. J'en veux au gens de me renvoyer cette image de moi que je n'aime pas et je m'en veux de ne pas être capable de leur en imposer une autre. Je tourne en rond sans avoir le courage de changer. Il suffit d’accepter une seule fois d'obéir aux lois des autres, de vivre en conformité avec ce qu'ils pensent pour que notre âme se débine et se délite. On se résume à une apparence.

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 50
PSEUDO : Mayaku.
CREDITS : Class Whore.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 22:44

Sexy Kaya bienvenue ! cute 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1397-poupee-de-cire
avatar

Everyone wants to go to heaven, but no one wants to die.

A PARIS DEPUIS : 28/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 77
PSEUDO : blueberry. (sally)
CREDITS : moneyhoney (avatar)


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Sam 3 Aoû - 22:52

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you

_________________



feel my body right next to yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1224-vianne-the-sun-also-rises
avatar



NUITS FAUVES

Tout le monde veut la même chose, même les travelos rêvent du prince charmant, pourtant on passe notre temps à s'mettre des coups de cutter dans les paumes. A trop mentir à force de dire : « Par pitié, range la guimauve, 

écarte les jambes, je t’en supplie, me parle pas. 

Laisse-moi seulement kiffer mon va-et-vient de taulard et m’endormir direct moins de 3 minutes plus tard ».
ELLE NE PORTE RIEN
D'AUTRE QU'UN PEU
D'ESSENCE DE GUERLAIN,
DANS LES CHEVEUX

A PARIS DEPUIS : 29/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 86


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 7:39

kaya c'est quand même une de mes déesses, tu vois    cutie bazinga yeah 
et ton avatar est genre, magnifique ! bienvenue sur le forum mademoiselle I love you 

_________________

She’s been a crazy dita, disco diva and you wonder : Who’s that chick ? Too cold for you to keep her, too hot for you to leave her. Back on the dancefloor, better not to take me home, base kicking so hot, blazing through my beating heart. French kissing on the floor, heart is beating hardcore. This will end up on the news. Ultrasexual, the night has got me love sprung. I won’t stop until the sun is up oh yeah. My heart is a dancer beating like a disco drum. WILD HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 9:04

hey miss t'as pas un 06 ? MA GROSSE BALEINE DES MERS ECHOUEE.  toute la bande de moules est enfin là. amen.

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

« ADMINISTRATEUR »

A PARIS DEPUIS : 01/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 322
PSEUDO : steel wheels
CREDITS : yumita


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 10:00

BIENVENUE SUR LE FORUM ! soldes 
Bonne chance pour ta fiche !
& à la moindre question n'hésite pas !

KAYA !  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1173-alex-enzo-but-you-re-an-animal-baby-it-s-in-your-nature
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 11:05

Aw, merci pour cet accueil, vous êtes des aaanges. cute  hearty  puppy 

ELISHA - Moi aussi je t'aime grooooos comme ça. love
RONNIE - Han Juliaaaan ! Merci beaucoup. cutie
DANAE - J'adooooore ton prénom, omg. Et merci beaucoup ! I love you
ARIELLE - Aw, Frida ! love Merciiiiiii !
VIANNE - Merci beaucoup à toi. rosie
MATHEO - Marlooooon omg ! Marry meeee ! Merci beaucoup. cutie 
PENNY - MON AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR. J'te glisse un petit papier dans ta culotte (y'a mon 06 dessus tékaté bb).
ALEX - Iaaaaan, merci ! I love you 

_________________

i'm out of touch, i'm out of love


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A PARIS DEPUIS : 17/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 253


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 11:11

Bienvenue parmi nous ! \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1213-ne-fais-jamais-d-une-personne-ta-priorite-quand-tu-n-es-qu-une-option-dans-la-sienne
avatar


Wake up to your dreams and watch them come true. I'll make you whisper my name and never leave the room.
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 61


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 11:16

GROSSE VACHE (a) bienvenu btw et je t'aime hein <3

_________________
you're a sexy machine, you're a Hollywood dream and you got me feelin' like a Homecomin' Queen let's drop out of this crowd, somewhere no one's allowed.
we can keep it undercover
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 11:21

GWENAËL - Merciiiiiii ! cutie 
ALISHA - C'EST TOI LA GROSSE VACHE ESPECE DE MAMMOUTH DES MONTAGNES (KISS KISS LOVE love )

_________________

i'm out of touch, i'm out of love


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 11:46

j'ai pas de culotte.  

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 12:03

YOU KNOW IL LIKE IIIIIIIT.  

_________________

i'm out of touch, i'm out of love


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


THAT'S THE SPIRIT

“Why’s it starting to feel like you’re Batman and I’m Robin? I don’t wanna be Robin all the time!”

A PARIS DEPUIS : 20/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 618
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CREDITS : Riddle & Tumblr.


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 12:10

KAYA

BIENVENUE SUR LE FORUM
&
bon courage pour ta fiche

_________________
⊹ You know who else is a virgin? Me. I'm a virgin, okay? You know what that means? It means my lack of sexual experience is now literally a threat to my life, okay. I need to have sex. Like right now. Someone needs to have sex with me like today. Like someone needs to sex me right now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 12:36

Eileen J. McDonald a écrit:
YOU KNOW IL LIKE IIIIIIIT.  
IKR T'AIMES TOUT DE MOI. KEUR SUR TOI. love 

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar


« C'EST QUOI NOTRE VIE ? écouter de la musique trop fort, sonner aux portes des gens et partir en courant, prendre des tas de photos qui servent à rien mais les garder au cas où, taper dans le siège de la personne juste devant nous au cinéma pour qu'elle se casse, appeler le père noël au 3630, se coucher tard, se lever tard, chanter sous la douche, tricher aux interros, boire dix canettes de coca-cola pour rester éveillées toute la nuit parce qu'on n'a pas terminé notre partie de 'mario kart', se trouver trop grosse, le dire à nos copines et les entendre dire 'j'ai racheté des mars et des twix', rigoler à ne plus pouvoir s'arrêter, dire 'ta gueule à la télé', plonger la tête de nos copines dans une tarte à la crème. C'est ça notre vie. BE STUPID. » elisha, penny, alisha, selenia ♥

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 27
PSEUDO : anaëlle.


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 13:08

OMGGGGGGGGGGGG DYLAN OMG OMG OMG !
Merci beaucoup. cutie 

Vouais, t'es parfaite bb. love 

_________________

i'm out of touch, i'm out of love


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


A PARIS DEPUIS : 29/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 74
PSEUDO : Mariiie
CREDITS : Shiya


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   Dim 4 Aoû - 18:40

T'es trop belle hearty 

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche love 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1282-razowski-et-je-nai-meme-pas-eu-besoin-de-boire-une-seule-goute-de-rhum

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !   

Revenir en haut Aller en bas
 

EILEEN ∞ mais oui, il nous faut des pouvoirs magiques ! - c’est ça. j’vois pas en quoi c’est une bonne nouvelle, mais c’est ça !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» C'est à boire qu'il nous faut
» Bonne nouvelle mais pas pour tout de suite!
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» Mais que pouvons nous bien faire dans une chambre...
» APRES PREVAL ET JUDE IL NOUS FAUT LUTTER AUSSI CONTRE MICHEL MARTELLY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOQUE YOU, I'M PARISIEN 〈〈 BIENVENUE A PANAME, NEGRO 〉〉 :: PERSONNAGE :: PRESENTATION :: FICHES VALIDEES-