cass ► when a fire starts to burn
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
CLIQUE ICI
mon chaton - toutes les deux heures hein ♥️
et gagnes des points !

nous sommes fières de t'accueillir sur la version 2.0 de FOQUE YOU, I'M PARISIEN ♥️
nous te souhaitons la bienvenue parmi nous et nous espérons que tu t'y sentiras comme chez toi !
si tu es nouveau, nous t'invitons à aller lire le règlement et le contexte.
des scénarios sont également à ta disposition, n'hésites pas à y faire un tour
et peut-être faire le bonheur de l'un de nos membres !
puis direction la fiche de présentation, tu as cinq jours pour la terminer.
BAZZART - PRD
soutenez le forum - on vous en sera reconnaissante ♥️

Partagez | .
 

 cass ► when a fire starts to burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Ne freinez jamais, une voiture c’est fait pour rouler pas pour s’arrêter.
A PARIS DEPUIS : 04/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 207
PSEUDO : Rabbit Heart
CREDITS : cristalline


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: cass ► when a fire starts to burn   Ven 16 Aoû - 14:16

cassandre lena desnoyers de marbaix

prénoms ⊱ cassandre lena. nom ⊱ desnoyers de marbaix. surnoms ⊱ cass. date et lieu de naissance ⊱ nice, le 12 novembre 1993. âge ⊱ 19 ans. origines ⊱ française et russe. statut civique ⊱ célibataire. attirance ⊱ hétérosexuelle la plupart du temps. profession/étude ⊱ mannequin et danseuse au conservatoire. groupe ⊱ molière. opinion politique ⊱ je m'en fiche un peu, moi c'est ma poire et seulement ma poire. crédit ⊱ tumblr.
caractère ⊱ Cass est une fille passionnée. Avec elle, il n'y a jamais de demi-mesure, c'est tout ou rien. Aussi, Cass est honnête. Elle déteste qu'on soit faux avec elle et elle ne le sera jamais avec les autres. A cause de son adolescence assez strict et définie, Cass est maintenant irresponsable. Elle déteste qu'on lui donne des ordres et elle veut vivre seulement comme elle l'entend.  Ne vous fiez jamais à Cass, son imprévisibilité vous perdra. Cass ne fait pas facilement confiance mais une fois que c'est le cas, attendez vous à ce qu'elle soit très possessive et jalouse aussi. Casse est une boudeuse, aussi la fille la plus têtue de l'univers. Malgré tout, Cass est optimiste, toujours souriante et joviale. Derrière sa grande carapace se cache une fille vulnérable mais ça, Cass ne l'avouera jamais. Cass est libertine. Son coeur lui appartient et exceptionnelle sera la personne à qui elle le confiera. Ce qu'on aime chez Cass, c'est son naturel, sa sensibilité même son égoisme souvent ridicule. Malgré toutes les belles choses qu'elle a vu, Cass est une grande rêveuse. Elle a la main sur le coeur, c'est une personne très généreuse. Intelligente, Cass est avant tout très observatrice, c'est sa manière à elle de se protéger. Il ne faut pas faire attendre Cass, il n'y a pas plus impatiente qu'elle. On dit d'elle qu'elle est mystérieuse, surement parce qu'elle est peu bavarde, excentrique et un peu trop lunatique. Depuis qu'elle s'est séparée de sa mère, Cass est indépendante et elle aime sa vie ainsi. Elle fume un peu trop mais elle s'en fiche, il faut bien mourir de quelque chose. Surtout Cass est une personne chaleureuse, câline. Elle a souvent manqué de tendresse alors c'est toujours la première à faire un calin.
Sept questions pour savoir où réside votre cœur.

▹ C'est dimanche. Au programme, ton occupation dominicale indispensable sera :
Un brunch en famille ou chez des amis de longue date.
Un tour en forêt, un jogging, une escapade dans les rues de Paris à la recherche de l'inconnu.
La glande totale devant un DVD. Éventuellement un café-aspirine entre potes vers 18h.

▹ Tu viens de recevoir ta paye et tu as envie de t'offrir un petit quelque chose :
Une énième paire de chaussures, un chapeau, un sac.
Un stylo, un cahier, un porte-clé.
Un nouveau blackberry, une babiole ultra luxe.

▹ C'est la saint-valentin aujourd'hui. Comment réagis-tu ?
Tu es seul(e) chez toi et tu te gaves d'un pot de glace goût chocolat-noisette.
Tu décides d'aller voir un(e) ami(e)/ton(ta) petit(e) ami(e) et de lui déclarer ta flamme.
Tu te fiches complètement de cette journée, elle est banale à tes yeux.

▹ T'es jeune et tu as tes préoccupations. Quelles sont-elles ?
Web, livre, fringue, téléphone, "C'est juste pas possible !"
Facebook, grave, soirée, roc, déchiré, "Ah mais ouais carrément !"
Dîner, bourse, défilé, BBM, Londres, "Tu devineras jamais ce que j'ai appris !"

▹ Et toi, tu te déplaces comment ?
En voiture/scooter/moto
En vélo/à pied
En métro/bus

▹ Si tu devais partir en vacances ou si on t'offrait un voyage, t'irais où ?
Un Club Med au soleil, avec vos potes ou votre chéri(e), ou alors un trip roots et sportif en Amérique du Sud.
Un peu à la campagne en famille, puis un peu en amoureux en Corse.
St-Tropez l'été, Courchevel l'hiver, ou New York.

▹ Cet après-midi, rendez-vous entre amis. Votre QG :
Un bar propre, staïly, à la déco qui se la raconte un peu.
Un salon de thé bobo, un café tout en bois, calme et cosy.
Un salon de thé à l'ancienne, un café bourgeois, un bar de musée ou d'hôtel.
pseudo/prénom ⊱ rabbit heart / ava. âge ⊱ 19 ans. scénario ⊱ nope, elle est sortie de mon crâne la petite Cass, tout comme Athéna. fréquence de connexion ⊱ 6/7jrs. avatar ⊱ taylor warren. comment vous êtes arrivé là ⊱ je ne sais plus, bazzart il me semble.
Code:
<pris>⊱</pris> taylor warren - [i]cassandre desnoyers de marbaix[/i]


_________________

    « Cass était une flamme mouvante, un elfe coincé dans une forme incapable de la retenir. Longs, noirs, soyeux, ses cheveux tournoyaient comme tournoyait son corps. Tantôt déprimée, tantôt en pleine forme, avec Cass c'était tout ou rien. On la disait cinglée. (..) Cass aimait la danse, le flirt, embrasser les hommes, mais sauf pour deux ou trois, au moment où les types allaient se la faire, Cass leur avait toujours filé entre les pattes, salut les mecs. »




Dernière édition par Cassandre L. Desnoyers le Sam 17 Aoû - 20:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t649-cass-what-s-a-god-to-a-non-believer-who-don-t-believe-in-anything
avatar



Ne freinez jamais, une voiture c’est fait pour rouler pas pour s’arrêter.
A PARIS DEPUIS : 04/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 207
PSEUDO : Rabbit Heart
CREDITS : cristalline


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Ven 16 Aoû - 14:17


diamonds in the sky
« Le dos bien droit, Cassandre. » Je ne fais pas attention à ses conseils. Mon dos est parfaitement droit. Je le sais, elle le sait, ils le savent tous. Mon chignon bien tiré et mon tutu bien ajusté, je ne ressens pas la moindre once de trac. Pourquoi ressentir de la peur et de l’appréhension là où je sais que j’excellerai toujours plus que quiconque ? Plus tard, moi je serai danseuse étoile. Je me vois encore rabâcher cela sans cesse aux oreilles de ma mère, alors que je n'avais que six ans. Parce que le ballet, il n’y a rien de plus beau sur Terre. Faut pas avoir la science infuse pour savoir cela. Je m’apprête à danser pour la première fois en public, mon tout premier ballet, à l’âge de 12 ans. Je suis au centre de la scène et les lumières sont rivées sur moi. Je contemple mon public et ces centaines de personnes me regardent, attendent que je leur dévoile mon potentiel. Je croise, au premier rang, son regard. Il n’a rien d’encourageant. Au contraire, le regard de Maman me défie. Alors une boule se forme dans mon estomac et je le ressens ce putain de trac. Les premières notes de musiques résonnent dans la pièce. J’inspire longuement et me lance. Peu à peu, le trac disparait et c’est comme si j’étais entièrement seule dans cette grande salle de spectacle. Je ne compte plus les paires d’yeux sur moi car il n’y a que moi. Que moi. Un sourire fier se dessine sur mon visage car je sais que la petite fille frêle que je suis leur en bouche un coin. J’oublie tout, j’oublie ma mère assise face à moi, j’oublie les recruteurs qui détaillent chacun de mes gestes et multiplie même les pirouettes pour les impressionner. Mes pas de danse montrent à quel point je suis déterminée, à quel point Nice ne me convient plus. Et même qu’un jour, j’irai à Paris et que tout le monde viendra me voir danser à l’Opéra Garnier parce que je serai la meilleure danseuse du monde. Tu parles. Absorbée par mes rêves d’enfant, je flanche. Je n’ai même pas le temps de réaliser que je suis déjà à terre, éclairée par la vingtaine de spots lumineux avec le public qui retient son souffle. Je lève la tête vers eux et ils me regardent tous comme on regarderait un pauvre moineau qui vient de se casser la patte. Sur le visage de Maman, un sourire en coin se forme et les larmes me montent en yeux. Ne pleure pas, Cass. Ne pleure surtout pas. Doucement, je me relève et termine ma chorégraphie. Je fais comme si cette chute ne venait pas de gâcher ma vie et leur montre avec audace qu’une chute n’arrêtera jamais Cassandre Desnoyers. Jamais. La musique s’arrête et je rejoins rapidement les coulisses. « Ne t‘inquiète pas, Cassandre. Tu t’en es très bien sortie. » La seule réponse que je parviens à donner à ma professeur de danse se résume à mes larmes abondantes. Je voudrais être forte mais je ne le suis pas, je ne le serais jamais. Je repense au visage satisfait de Maman et je ne peux m’empêcher de pleurer. Mes jambes, ses horribles traitresses, flanchent une nouvelle fois et, en pleurs, je regarde mon rêve lentement disparaitre.


Avec un professionnalisme inné, je lève le menton et le flash part. Seulement vêtue d’une culotte en coton, mes longs cheveux en bataille couvrent ma poitrine et l’habille face à l’équipe de photo qui m’entoure. « Uno sguardo vuoto ! » C’est certainement la dixième séance photo que je fais mais c’est la première fois que je voyage en Italie pour le travail. Affolée par l’ordre du photographe en italien dont je ne parle pas un mot, je cherche un visage familier qui pourrait me rassurer. « Il voudrait un regard plus vide. Il y a trop d’émotions dans le tien. » me traduit son assistant dans un mauvais français avec un accent italien. J’acquiesce et ramène mes jambes contre ma poitrine. Posant ma tête sur mes genoux, je m’efforce de faire ce que voudrait ce photographe. Je pense à Maman qui m’observe, assise sur son siège près de la maquilleuse, et je pense à Papa, aussi. Je lui en ai voulu d’être si lâche et d’être parti, de m’avoir abandonné sans même me dire au revoir. Mais aujourd’hui, je le comprends. Il pouvait pas faire le poids face à Maman, face à cette femme avide de pouvoir et égoïste. Seulement, il est parti et je suis maintenant à sa merci. C’est elle que je dois remercier pour être ici, à me faire shooter pour faire la couverture du prochain Vogue Italie. En fait, je ne sais pas si je dois la remercier ou la maudire. La séance photo s’achève et on rentre à l’hôtel. J’attends que Maman s’endorme pour me rhabiller et quitter la chambre. Dehors, j’allume une cigarette et erre dans les rues de Milan. Je suis encore toute excitée à cause de cette histoire de couverture. Vous m’imaginez moi, Cassandre Desnoyers de Marbaix, jeune fille paumée d’un petit quartier de Nice, en couverture du plus grand magazine du monde ? Je sors mon téléphone portable puis le jette dans mon sac aussi rapidement sorti car je réalise que je n’ai personne avec qui partager cette joie. Je n’ai aucun ami, mon entourage se résume à ma mère qui se définit comme mon agent. J’aurai plutôt dit un tyran qui se sert de moi, me manipule et me considère comme un porte monnaie ambulant. Je suis fatiguée d’être la vitrine de tous ses espoirs. Je n’ai pas le droit de donner mon avis, j’exécute juste tous ses ordres. Comme un robot. Je suis un robot. Fais cela Cass, le menton plus haut Cass, dis cela Cass, souris à ces personnes là Cass… Est-ce que vous trouver cela normal pour une ado de 16 ans ? Ma petite perle rare... J’ai envie de l’achever lorsqu’elle me caresse la joue en m’appelant ainsi alors que c'était l'habitude de Papa. Je veux l’achever pour avoir envoyer mes photos à cette agence de mannequin sans même m’avoir consulter. Evidemment que j’aurai accepté si elle me l’avait demandé mais elle aurait quand même du me demander avant, ne serait ce que pour me laisser croire que j’avais le choix. Je passe devant un kiosque encore ouvert. Sur l’un des magazines français, j’aperçois mon visage. Je vais rapidement à la page indiquée et lis la légende : Cassandre Desnoyers de Marbaix, 16 ans, mannequin montant. Car ce n’est plus que ce à quoi se résume ma vie.

Profitant d’un moment d’inattention, j’attrape mes affaires ainsi que les cadeaux qui m’ont été offerts et me précipite dehors. L’after de ce défilé s’éternise et je n’en peux plus, j’étouffe. Un vent frais me balaie les cheveux et je souffle enfin. Il n’y a personne dehors, la ville est endormie. J’explore les rues, me familiarisant avec ces endroits que je peux désormais appeler chez moi. Ca fait un an que je vis à plein temps à Paris et je n’ai même pas eu le temps de visiter. Tu n’as pas le temps pour ça. Les gens font des pieds et des mains pour t’avoir… répètent sans cesse Charlotte, mon agent. Depuis que je suis dans la lumière, tout s’accélère. Maman est rentrée à Nice, maintenant qu’elle a eu ce qu’elle voulait. Je suis enfin le beau mannequin en vogue qu’elle rêvait que je sois. Elle est fière d’elle mais elle comprendra jamais rien. Personne ne comprend rien. Ma bouteille de Dom Perignon à la main, je bois une gorgée, puis deux. Je marche sans savoir où je vais, je marche pour fuir, je ne veux pas rentrer chez moi. Les lumières me mènent sur la place Vendôme. Je suis la seule personne qui la visite à cette heure tardive de la nuit. Impressionnée, je me glisse au milieu et tourne sur moi-même, pour admirer la beauté de cet endroit. Puis, mes yeux sont attirés par un panneau publicitaire, éclairé par d’énormes spots lumineux. Sur cette publicité, un homme et une femme. L’homme est penché sur la jeune femme, qui ne lui adresse même pas un regard. Elle fixe l’objectif et ne laisse rien paraître. Cette jeune femme, c’est moi, égérie du nouveau parfum Bulgari. Un large sourire se dessine sur mon visage et je sautille, devant cette immense photo de moi. J’ai envie d’appeler ce mannequin homme qui pose avec moi, avec qui j’ai couché après cette séance photo et à qui je ne donne plus de nouvelles depuis. Je voudrais l’appeler pour qu’on remette cela une deuxième fois. Je suis fière de moi et, dopée à la coke, je me mets à m’applaudir et répéter le mot Bravo pour me féliciter. Je m’admire sur cette photo et arrête de sourire lorsque je croise mon regard. Je prends une nouvelle gorgée de champagne et pose la bouteille. J’incline légèrement la tête, pour observer cette fille qui m’épie. Elle me regarde et dans ses yeux, je lis un appel au secours. Son regard est profond, rempli d’émotion. Tellement rempli d’émotion que je craque. Seule au milieu de la place Vendôme, je fonds en larmes face à cette publicité, face à cette autre moi. Mes larmes coulent et rien ne peut les stopper. Je me laisse glisser sur le sol et ne supporte plus de me voir. J’ai peur et j’ai froid. Je sors de mon sac le petit sachet de poudre blanche que j’ai déjà entamé et trempe mon doigt à l’intérieur. Je n’ai pas le temps de tracer une ligne, j’en veux maintenant. Mais elle me regarde et je ne peux plus bouger. Contre toute attente, je vide le sachet de coke par terre et me lève. Je peux pas rester là. Il faut que je parte. Maintenant. Sans même que je ne les commande, mes jambes se mettent à courir. Je leur fais confiance et les laisse me porter où bon leur semble, du moment que mon regard ne croise plus jamais le sien.



_________________

    « Cass était une flamme mouvante, un elfe coincé dans une forme incapable de la retenir. Longs, noirs, soyeux, ses cheveux tournoyaient comme tournoyait son corps. Tantôt déprimée, tantôt en pleine forme, avec Cass c'était tout ou rien. On la disait cinglée. (..) Cass aimait la danse, le flirt, embrasser les hommes, mais sauf pour deux ou trois, au moment où les types allaient se la faire, Cass leur avait toujours filé entre les pattes, salut les mecs. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t649-cass-what-s-a-god-to-a-non-believer-who-don-t-believe-in-anything
avatar

A PARIS DEPUIS : 17/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 97


MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Sam 17 Aoû - 19:43

Bon retour. walala 

_________________
signature
il était une fois... Sasha
Un bouclier de cuivre à son bras sonne et luit, Rouge comme la lune au milieu d'une brume, Son cheval hennissant mâche un frein blanc d'écume, Un long sillon de poudre en sa course le suit. Quand il passe au galop sur le pavé sonore, On fait silence, on dit : C'est un cavalier maure ! Et chacun se retourne au bruit.

Victor HUGO, "Marche Turque", Les Orientales (1829)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t813-#18021
avatar



Ne freinez jamais, une voiture c’est fait pour rouler pas pour s’arrêter.
A PARIS DEPUIS : 04/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 207
PSEUDO : Rabbit Heart
CREDITS : cristalline


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Sam 17 Aoû - 20:30

merci mon chat cutie 

_________________

    « Cass était une flamme mouvante, un elfe coincé dans une forme incapable de la retenir. Longs, noirs, soyeux, ses cheveux tournoyaient comme tournoyait son corps. Tantôt déprimée, tantôt en pleine forme, avec Cass c'était tout ou rien. On la disait cinglée. (..) Cass aimait la danse, le flirt, embrasser les hommes, mais sauf pour deux ou trois, au moment où les types allaient se la faire, Cass leur avait toujours filé entre les pattes, salut les mecs. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t649-cass-what-s-a-god-to-a-non-believer-who-don-t-believe-in-anything
avatar

« je ne suis pas de ceux qui se résignent devant la roue du destin, je la détruirai si elle ne tourne pas à ma guise. »

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 51
PSEUDO : lauu _ (laurine).
CREDITS : tumblr is my boyfriend.


MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Sam 17 Aoû - 20:49

bienvenue, et bonne chance pour ta fiche ma belle cutie 

_________________
on your shoulder, on your shoulder,
i can reach an endless sky, feels like paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1411-elisha-my-life-is-like-a-mirror-it-is-only-a-reflection-of-myself
avatar

Everyone wants to go to heaven, but no one wants to die.

A PARIS DEPUIS : 28/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 77
PSEUDO : blueberry. (sally)
CREDITS : moneyhoney (avatar)


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Dim 18 Aoû - 1:12

warren. cutie
bienvenue parmi nous I love you

_________________



feel my body right next to yours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1224-vianne-the-sun-also-rises
avatar

A PARIS DEPUIS : 12/04/2013
BAGUETTES ACHETEES : 60
CREDITS : Shiya.


MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Dim 18 Aoû - 19:27

Cass' la menace.  Arrow

J'aime beaucoup ta fiche. love 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1415-vieille-chaussette
avatar

A PARIS DEPUIS : 17/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 253


MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Lun 19 Aoû - 9:43

Rebienvenue. cutie 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1213-ne-fais-jamais-d-une-personne-ta-priorite-quand-tu-n-es-qu-une-option-dans-la-sienne
avatar

« ADMINISTRATRICE »

A PARIS DEPUIS : 10/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 1293
PSEUDO : yuliana
CREDITS : moi-même


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Lun 19 Aoû - 13:09

Ravie de te revoir parmi nous I love you
Pour moi, c'est tout bon. Je te souhaite un bon retour cutie

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1170-danae-lynn-je-te-regarde-tu-me-regardes-tu-crois-que-je-t-aime-mais-je-t-emmerde
avatar



Ne freinez jamais, une voiture c’est fait pour rouler pas pour s’arrêter.
A PARIS DEPUIS : 04/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 207
PSEUDO : Rabbit Heart
CREDITS : cristalline


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   Lun 19 Aoû - 14:18

merci les amours, heureuse d'être de retour :keur: 

_________________

    « Cass était une flamme mouvante, un elfe coincé dans une forme incapable de la retenir. Longs, noirs, soyeux, ses cheveux tournoyaient comme tournoyait son corps. Tantôt déprimée, tantôt en pleine forme, avec Cass c'était tout ou rien. On la disait cinglée. (..) Cass aimait la danse, le flirt, embrasser les hommes, mais sauf pour deux ou trois, au moment où les types allaient se la faire, Cass leur avait toujours filé entre les pattes, salut les mecs. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t649-cass-what-s-a-god-to-a-non-believer-who-don-t-believe-in-anything

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: cass ► when a fire starts to burn   

Revenir en haut Aller en bas
 

cass ► when a fire starts to burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fire doesn't burn itself - Carnage | Toxic
» Louys - A fire needs a space to burn
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Video Du holshot de Cass 35,et de Polinet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOQUE YOU, I'M PARISIEN 〈〈 BIENVENUE A PANAME, NEGRO 〉〉 :: PERSONNAGE :: PRESENTATION :: FICHES VALIDEES-