⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
CLIQUE ICI
mon chaton - toutes les deux heures hein ♥️
et gagnes des points !

nous sommes fières de t'accueillir sur la version 2.0 de FOQUE YOU, I'M PARISIEN ♥️
nous te souhaitons la bienvenue parmi nous et nous espérons que tu t'y sentiras comme chez toi !
si tu es nouveau, nous t'invitons à aller lire le règlement et le contexte.
des scénarios sont également à ta disposition, n'hésites pas à y faire un tour
et peut-être faire le bonheur de l'un de nos membres !
puis direction la fiche de présentation, tu as cinq jours pour la terminer.
BAZZART - PRD
soutenez le forum - on vous en sera reconnaissante ♥️

Partagez | .
 

 ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

« ADMINISTRATEUR »

A PARIS DEPUIS : 01/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 322
PSEUDO : steel wheels
CREDITS : yumita


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie   Mar 30 Juil - 17:09


Angie G. Delacourt

un coup de whisky ou de rein


T'as fini ta journée de boulot, t'es crevé mais t'as pas envie de rentrer seul, comme une merde chez toi. T'as envie de te détendre, alors tu prends la voiture de l'école de conduite, pour ton petit plaisir. Elle est neuve, elle est belle et puissante pour une voiture d'auto-école, alors tu t'amuses avec, tu fais le con. C'est bon la vitesse, ça te ferait quasiment bander. Alors tu te la pètes au volant de ta berline, et tu t'arrêtes place de la concorde. Tu pisses un coup dans un buisson qui traîne sur le côté et tu avances, sans trop savoir où tu vas. Dans un bar sans doute, c'est ton vice, ta destruction. Une soirée sans whisky, c'est impossible pour toi. T'en as plus chez toi, alors t'aurais pété un câble dans ton grand duplex, parce que t'aurais pas pu glander sur le canapé, en te fumant un joint. T'es pas un drogué Alex, nan, t'es juste un gars vicieux. T'as tous les vices du monde et tu t'en fous. Tiens, la clope que tu fous à ton bec en est la preuve. T'as l'air désinvolte dans cette immense avenue, en pleine nuit, avec ton jean foncé et ta veste en cuir. Ton tee-shirt blanc sera sans doute tâché avant la fin de ta longue nuit, parce que t'auras renversé de l'alcool, parce que t'auras fait exprès de rentrer en collision avec une belle blonde aux seins en plastique. C'est ta tactique ça. Même si elle est nulle à chier et ringarde, elle marche avec toi. Parce que t'as un de ces regards, il les rend toutes folles. Et puis tu laisses leurs mains glisser sur ton torse, pour leur donner envie puis tu ne rentres jamais seul. Pourtant, ton haleine est ignoble, entre whisky et clopes, c'est dégueulasse, mais elles s'en foutent toutes ces femmes qui ne pensent qu'à ouvrir leur jambes. T'es qu'un sale type Alex, t'arrives même pas à être en couple. T'arrives pas à faire le bonheur des gens, tu fais que les faire souffrir.

Alors, tu t'arrêtes au Café de New York. C'est blindé, alors tu te faufiles. T'en profites pour te coller un peu trop aux dames au décolleté plongeant et t'arrives au comptoir. Une silhouette te semble commune de loin. Elle a l'air de se faire emmerder par un mec un peu lourd, et ça te faire sourire. Tu la laisses un peu dans sa merde, tu la regardes de loin en rigolant. Puis tu te dis que tu vas aller la voir. Angie. Ses lèvres sont pulpeuses, son blond est brillant, ses yeux sont perçants. Elle te plait c'est clair. C'est pas pour rien que vous couchez toujours ensemble. Le soucis c'est que vous êtes pareils tous les deux, vous arrivez pas à être en couple. Vous avez essayé mais ça a foiré, parce que vous êtes des handicapés de l'amour. Alors votre relation ambiguë, vous satisfait. Enfin, c'est ce que vous voulez faire croire, parce que tu souffres Alex quand tu la vois avec un autre. Ça te pète le cœur mais tu fais comme si de rien n'était parce que tu supportes pas d'être blessé. T'es comme tout le monde Alex, t'as des sentiments. Le seul soucis, c'est que toi tu l'admets pas parce que t'es un peu con. C'est bien beau de s'amuser, mais arrivé à trente ans il serait temps de te calmer et de te poser. Tu finis d'une gorgée ton verre de whisky pourtant à moitié plein, et  tu te dis que tu vas aller l'aider. « Je crois que la jeune femme n'a pas tellement envie d'écouter votre baratin. » L'homme n'est pas très séduisant, et il te regarde méchamment. Tu mets une main sur l'épaule d'Angie pour lui faire comprendre et il s'en va en soupirant. « Et bah alors Angie? Je t'ai connue plus féroce avec les hommes. »




Dernière édition par Alex-Enzo P. Balzac le Mer 31 Juil - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1173-alex-enzo-but-you-re-an-animal-baby-it-s-in-your-nature
avatar

A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 85
PSEUDO : Emy (Aurore E. sur bazzart)
CREDITS : infinity back


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie   Mar 30 Juil - 18:08



every teardrop is a waterfall.



« Tourne la tête par-là, chérie. Ouais comme ça. Nan ! Ton bras, là, lève-le. Voilà. » Et c’est là que je me demande comment je fais pour supporter mon métier… On me commande à longueur de temps, je commence à en avoir marre. Je prie pour que ce soit bientôt fini tellement le photographe est chiant… Malheureusement, mes employeurs travaillent beaucoup avec lui, parait-il que c’est un artiste. Ouais, je demande à voir… A force, je n’écoute même plus ses commentaires tellement j’en ai assez de l’entendre parler avec sa voix de crécelle. Il s’arrête de me commander, je crois que c’est fini et ils me disent à demain, ce à quoi je réponds par un bref signe de la main avant d’aller me changer dans le vestiaire. Je trouve qu’ils m’ont vraiment habillée comme une pouffiasse pour ce shoot et hallelujah, je peux enfin retirer ces fringues hideuses. J’enfile une des robes préférées, rouge, bustier. J’enlève toutes ces couches de maquillage sous lesquelles je me sentais plus respirer et je me contente d’un trait d’eye-liner sur chaque œil et d’un peu de gloss.

J’erre sur le boulevard des Champs-Élysées et je me dis que j’ai bien besoin d’un verre. Je suis crevée à cause de cette journée, et toute personne normale serait rentrée bien tranquillement chez elle. Mais non, je n’en ai pas envie. Je me demande même si je ferai pas un caprice demain pour pas aller au boulot, en prétendant que j’ai la gastro par exemple. Je me prends pas la tête, je verrai ça au réveil. Je rentre dans le Café de New York et y a déjà pas mal de monde. J’espère que je me ferai pas draguer ce soir, j’ai pas le courage de mettre les points sur les i. Je vais me poser au bar et le barman plutôt canon me demande ce que je veux boire, je lui commande un Cosmopolitan. Dès que j’ai mon verre, j’en liquide plus de la moitié d’un coup. Je me rends compte à quel point Alex me manque et ça me tape un peu sur le système d’être trop fière pour aller lui dire.

Un mec m’accoste, c’est un mal pour un bien. Peut-être que je penserai moins à Alex « grâce » à ça. Je le calcule à peine, je ne réponds pas à ses avances. Je ne le regarde même pas. J’ai vraiment la flemme de le rembarrer alors je l’ignore sans grandes difficultés. Il me pose des questions et je suis évasive. Je n’aime pas parler de moi. C’est là que j’entends une voix que je connais alors que je fixe mon Cosmo’. Ah bah moi qui ne voulais plus penser à rien… C’est mal barré ! Il dit au type un peu –beaucoup – lourd que je n’ai pas envie de l’écouter alors il se tire en soupirant. S’il pensait m’attirer dans son lit… C’était peine perdue ! Je me rends compte que sa main est posée sur mon épaule et ça me donne des frissons. Alors qu’il me dit qu’il m’a connue plus féroce avec les hommes, je lui lance une pique :

« Qui te dit que je voulais pas me le faire ? »

En fait, j’ai juste lâché ça pour voir comment il réagirait. J’aime bien le tester. Quelques secondes de silence et j’ajoute en levant les yeux vers lui :

« Merci de m’avoir débarrassée de lui, j’avais pas le courage de l’envoyer voir ailleurs. Comment tu vas ? »

Je suis tellement contente qu’il soit là… J’avais trop envie de le voir, alors ça tombe bien. On sait tous comment va finir cette soirée, sûrement dans sa chambre ou dans la mienne. Enfin… C’est pas comme si ça pouvait me gêner ! C’est vrai, je suis crevée mais j’aurais sûrement pas la force de lui résister. Je fixe son regard avant de boire une nouvelle gorgée.


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1210-angie-on-baise-ensemble-on-trinque-ensemble-mais-on-va-pas-tomber-pas-amoureux-quand-meme
avatar

« ADMINISTRATEUR »

A PARIS DEPUIS : 01/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 322
PSEUDO : steel wheels
CREDITS : yumita


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie   Mer 31 Juil - 16:25


Angie G. Delacourt

un coup de whisky ou de rein


T'es là et tu ne rêves que d'une seule chose: l'embrasser fougueusement et lui faire l'amour sur le comptoir du bar. Mais tu te contiens Alex, t'es un homme pas un animal. Et puis ça donne pas un très bon genre de faire des choses pareilles. Alors tu te contentes de bouillonner et d'attendre que ce moment arrive, parce que tu sais qu'il arrivera, même si c'est très tard ce soir ou très tôt demain matin. Mais tu ne seras pas celui qui cédera, pas cette fois en tout cas. Tu seras fort et tu penseras avec ton cerveau au lieu de penser avec ta queue pour une fois. Tu commandes un autre whisky. « Qui te dit que je voulais pas me le faire ? » « Peut-être sa gueule de merde? Ce serait très vexant pour moi si tu voulais coucher avec un homme pareil, ça voudrait dire que finalement, ce n'est pas mon charme irrésistible qui te fait craquer, seulement ta culotte. Enfin, si tu daignais en porter une de temps en temps. » Et tu ris de ta propre connerie, alors que ce n'est aucunement drôle. Et puis, des culottes, elle en porte. Enfin, tu crois. T'arraches toujours tout à la fois, t'as pas le temps d'y prêter attention. Les sous-vêtements sexy tu t'en contrefous, y a que son corps qui t'intéresse. Sa fusion avec le tien. Sa peau contre la tienne et la tension qui s'installe. C'est pas une tension désagréable, non elle vous submerge et vous prend aux tripes. Oui ... C'est vraiment ça que t'aimes Alex. Et puis l'odeur de son parfum te rend fou. Dos au bar, tu t'accoudes au comptoir face à elle. Ton tee-shirt en devient un peu moulant, parce que t'espères la faire craquer. Tu lui fais ton petit sourire en coin que tu sais si bien faire en la regardant vicieusement lorsqu'elle te sort : « Merci de m’avoir débarrassée de lui, j’avais pas le courage de l’envoyer voir ailleurs. Comment tu vas ? » Et cette phrase te calme, elle sort de tes rêveries. Tant mieux en même temps, ça te semblait un peu cru. Angie, elle a un corps qui te fait bander, mais elle a aussi de la conversation. Elle n'a pas seulement un corps, elle a aussi un cerveau et, ça, tu adores. Vous êtes pas vraiment des sex-friend, parce que vous êtes pas vraiment amis. Vous parlez certes, mais tu restes toujours évasif. Sans doute parce que t'es con et que t'as pas tellement envie de te confier. T'aimes pas trop parler de tes problèmes. T'as peur de faire chier les gens alors tu préfères les écouter et leur lancer des piques. Mais on sait tous que, si tu fais tout ça, c'est pour te cacher sous ta carapace. « C'était avec plaisir Angie. Mais fais attention, tu te ramollis. Bah écoutes je vais bien même si la journée commence à me tirer sur la gueule. Et toi? » Tu finis ton verre pour en recommander un autre. Tu seras sans doute saoul à la fin de la soirée, mais tu t'en fiches, t'as l'habitude.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1173-alex-enzo-but-you-re-an-animal-baby-it-s-in-your-nature
avatar

A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 85
PSEUDO : Emy (Aurore E. sur bazzart)
CREDITS : infinity back


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie   Ven 2 Aoû - 1:11



every teardrop is a waterfall.



J’ai vraiment du mal à ne pas l’embrasser maintenant et lui dire qu’il me manque. Ne pas être en couple avec lui me manque… Mais je ne peux pas, ça va tout foutre en l’air et je préfère éviter parce que je pense qu’on est bien comme ça. Plus de prises de tête, on se voit quand on veut. Il commande de nouveau un whisky et je me dis que je vais faire gaffe à mes consommations finalement, j’ai pas envie de finir bourrée devant lui, j’aurais vraiment honte de lui montrer une telle image de moi.

Pour le tester, je lui réplique que j’avais peut-être envie de me faire le type. Je m’aperçois vite qu’il est jaloux, même si je ne pensais pas du tout me faire le fameux type. Mon test est réussi finalement ! Son égo est blessé quand je lui réplique ça alors il dit n’importe quoi, logique. Soit disant que ce ne serait pas son charme irrésistible qui me ferait craquer, seulement ma culotte. Je le tape sur l’épaule avant de lui chuchoter un « salopard » et de me mettre à rire aussi. Pour le tester de nouveau, je le regarde droit dans les yeux et demande :

« Tu veux vérifier si j’en porte une ce soir ? »

Ou alors, c’est juste l’alcool qui me joue des tours et qui me fait dire des trucs. Ce n’est pas parce que je dis ça que j’ai craqué, au contraire. Mon but est de le pousser à craquer en premier. C’en est devenu un jeu à force. Je passe une main dans mes cheveux tandis qu’il s’accoude au bar. Je remarque que son t-shirt moule encore plus sa peau et je fais des efforts pour oublier ce détail. Mais qu’est-ce que c’est difficile de résister !

Je le remercie de m’avoir débarrassée du lourdaud tout ça parce que j’avais la flemme de le faire moi-même. Si un autre avait pris ma défense, je l’aurais envoyé se faire voir sans réfléchir. Question qui me semble essentielle : comment il va ? Mais je sais bien qu’il n’est pas du genre à pleurnicher… Il a trop de fierté pour ça et il se confie très rarement. Il me semble qu’il ne s’est jamais confié à moi, qu’on soit en couple ou pas. Ce qu’il me répond m’arrache un sourire. Je crois que je suis moins forte sans lui et il n’y a rien de bizarre dans tout ça… Je l’aime encore, ça c’est indéniable. Il dit en avoir marre de sa journée mais je n’ose pas lui demander pourquoi car je me doute qu’il changera de sujet et, ou dérivera sur une blague. Je réponds après l’avoir vu vider son quoi ? Troisième verre, non ? Je trouve que ça fait beaucoup. Je fixe le verre suivant qui vient d’arriver en disant :

« Je vois ça… Je sens que je vais devoir te ramener chez toi… ! Et ne discute pas ! »

Je ne supporterai pas de le voir prendre le volant après tout ce qu’il a bu. Peu importe qu’il résiste, qu’il se tue à me dire qu’il peut conduire sans problème, je le ramènerai, un point c’est tout. Enfin je dis ça, mais je bois une nouvelle gorgée de mon Cosmo’ en répondant à sa question.

« Mouais, pareil. »

C’est vrai quoi… Il faut bien avouer que cette journée avait été chiante, avec ce photographe qui m’avait tapé sur les nerfs… Je me dis que si je n’arrête pas de boire, je ne serais pas en état de conduire alors je préfère laisser mon verre de côté.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1210-angie-on-baise-ensemble-on-trinque-ensemble-mais-on-va-pas-tomber-pas-amoureux-quand-meme

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie   

Revenir en haut Aller en bas
 

⇲ un coup de whisky ou de rein :: angie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOQUE YOU, I'M PARISIEN 〈〈 BIENVENUE A PANAME, NEGRO 〉〉 :: PARIS, MA CAPITALE :: paris tour eiffel :: champs-élysées et ses alentours :: avenue des champs-élysées-