and i can't change even if i tried, even if i wanted to.
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
CLIQUE ICI
mon chaton - toutes les deux heures hein ♥️
et gagnes des points !

nous sommes fières de t'accueillir sur la version 2.0 de FOQUE YOU, I'M PARISIEN ♥️
nous te souhaitons la bienvenue parmi nous et nous espérons que tu t'y sentiras comme chez toi !
si tu es nouveau, nous t'invitons à aller lire le règlement et le contexte.
des scénarios sont également à ta disposition, n'hésites pas à y faire un tour
et peut-être faire le bonheur de l'un de nos membres !
puis direction la fiche de présentation, tu as cinq jours pour la terminer.
BAZZART - PRD
soutenez le forum - on vous en sera reconnaissante ♥️

Partagez | .
 

 and i can't change even if i tried, even if i wanted to.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 27 Juil - 17:22

juliette penny martin

prénoms ⊱ juliette penny louise inoa ; ouais, y'a un peu de toutes les influences là-dedans. français, britannique .. bref. nom ⊱ martin. tout ce qu'il y a de plus français ! surnoms ⊱ pen, penouille (par le big bro). date et lieu de naissance ⊱ 12 juin 1990  ici-même, à Paris. âge ⊱ vingt-trois ans askiparait. origines ⊱ françaises et britanniques. statut civique ⊱ tout ce qu'il y a de plus célibataire, pour le moment. les mecs = problèmes non ? quoi que des fois ils peuvent servir ... Arrow  attirance ⊱ hola les boooiz !  profession/étude ⊱ mannequin dans l'agence de son frère Idriss. + danseuse avec la bande de keupines, si on peut  comprendre ça dans une profession.groupe ⊱ yves saint laurent. opinion politique ⊱ probablement la droite, mais en réalité la politique c'est pas trop mon fort... crédit ⊱ weheartit
caractère ⊱ jeune femme hyperactive, penny est indomptable. on peut lui donner des ordres, lui dire de faire ça ou ça, elle ne le fera pas. ou que si elle, elle admet que c'est à son goût. elle pourrait ainsi paraître capricieuse et tête de mule mais c'est en réalité en grattant un peu sous sa carapace que l'on découvre une femme fragilisée par son passé. c'est un moyen pour elle de se rassurer mais aussi d'avoir confiance en elle-même. tout ce qu'il y a de plus naturel, penny ne parle jamais dans le dos des gens et fait souvent preuve de franchise. parfois même un peu trop, mais on ne peut pas le lui reprocher vu la société actuelle. Si vous demandez une description rapide et efficace de la brunette, on vous répondra : souriante, blagueuse, divertissante, rancunière, jalouse, possessive, lunatique, observatrice, à l'écoute.
penny est une amie fidèle. a l'écoute, présente  n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, elle fera la déplacement sans agacement. et principalement pour ses quatre petites belettes qu'elle a connu au lycée. en amour, c'est tout autre chose. même si elle n'avoue pas être jalouse, elle demeure assez préventive et méfiante. elle ne dit rien et observe mais dès que le moment opportun se présente, elle saute sur l'occasion. possessive ? oui, énormément.  
Sept questions pour savoir où réside votre cœur.

▹ C'est dimanche. Au programme, ton occupation dominicale indispensable sera :
Un brunch en famille ou chez des amis de longue date.
Un tour en forêt, un jogging, une escapade dans les rues de Paris à la recherche de l'inconnu.
La glande totale devant un DVD. Éventuellement un café-aspirine entre potes vers 18h.

▹ Tu viens de recevoir ta paye et tu as envie de t'offrir un petit quelque chose :
Une énième paire de chaussures, un chapeau, un sac.
Un stylo, un cahier, un porte-clé.
Un nouveau blackberry, une babiole ultra luxe.

▹ C'est la saint-valentin aujourd'hui. Comment réagis-tu ?
Tu es seul(e) chez toi et tu te gaves d'un pot de glace goût chocolat-noisette.
Tu décides d'aller voir un(e) ami(e)/ton(ta) petit(e) ami(e) et de lui déclarer ta flamme.
Tu te fiches complètement de cette journée, elle est banale à tes yeux.

▹ T'es jeune et tu as tes préoccupations. Quelles sont-elles ?
Web, livre, fringue, téléphone, "C'est juste pas possible !"
Facebook, grave, soirée, roc, déchiré, "Ah mais ouais carrément !"
Dîner, bourse, défilé, BBM, Londres, "Tu devineras jamais ce que j'ai appris !"

▹ Et toi, tu te déplaces comment ?
En voiture/scooter/moto
En vélo/à pied
En métro/bus

▹ Si tu devais partir en vacances ou si on t'offrait un voyage, t'irais où ?
Un Club Med au soleil, avec vos potes ou votre chéri(e), ou alors un trip roots et sportif en Amérique du Sud.
Un peu à la campagne en famille, puis un peu en amoureux en Corse.
St-Tropez l'été, Courchevel l'hiver, ou New York.

▹ Cet après-midi, rendez-vous entre amis. Votre QG :
Un bar propre, staïly, à la déco qui se la raconte un peu.
Un salon de thé bobo, un café tout en bois, calme et cosy.
Un salon de thé à l'ancienne, un café bourgeois, un bar de musée ou d'hôtel.
pseudo/prénom ⊱ feeling free./clarys âge ⊱ seventeen anos, sisi. scénario ⊱ nop, que de la création. fréquence de connexion ⊱ autant que possible, i guess so ! avatar ⊱ écrire ici. comment vous êtes arrivé là ⊱ par vaisseau spatial, bicoz i worth it qwoua. Arrow 
Code:
<pris>⊱</pris> ariana grande - [i]j. penny martin[/i]



Dernière édition par J. Penny Martin le Lun 29 Juil - 12:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 27 Juil - 17:22


diamonds in the sky
« HEY LA GROSSE ! » « SALUT LA BALEINE ECHOUEE ! » A chaque fois que je traversais le parc ou encore  la cour de l’école, c’était la même chose. Je supportais quotidiennement les insultes des jeunes de mon âge. Devant eux, je serrais les dents et les ignorais mais une fois rentrée c’était le train-train quotidien : montée en furie jusqu’à ma chambre –aucun bonjour- et étalage sur le lit pour finalement créer le plus grand océan qu’il soit. Ni de ma mère et de mon père ne venaient me consoler ; ils le faisaient au début mais bien vite ils s’étaient lassés au point que mon père dise à ma mère laisse-la, elle va se calmer, ça lui passera. Ouais comme si mon surpoids allait passer du jour au lendemain. Ce n’était pas quelque chose que je pouvais cacher, j’étais obligée de vivre avec que je le veuille ou non. Alors je prenais mon petit carnet et un stylo puis me confiais au seul confident que j’avais : mon journal intime. Cher Journal,  une fois de plus je suis rentrée en pleurs. Ça fait trois ans que ça dure, trois ans que je subis tout cet acharnement. Qu’est-ce qu’il y a de si mal à avoir des surplus ? Je n’ai rien demandé à personne, je subis simplement ce que la vie a voulu me donner. Je suis désolée de répéter les mêmes choses à chaque fois mais rien d’autre dans ma vie est intéressant. Non pas que le problème de mon poids soit hyper intéressant. J’entends ma mère qui monte, je dois dormir. Ta Penny, xx. Je glissai dans un geste furtif mon carnet dans ma boite à chaussures que je glissais dans le fond de mon placard puis sautai d’un grand pas dans mon lit. […] Toute seule à la maison, je revenais d’une journée des plus banales. Insultes à gogo, regards moqueurs. Mais ce soir, j’étais bien décidée. J’avais regardé quelques astuces sur Internet, je m’étais renseignée au fil du temps. Lame de rasoir à la main, je m’apprêtai à faire quelque chose certains regretteraient, mais pas moi. J’étais convaincue, j’avais assez attendu. J’en avais marre de tout ça, marre de ma vie, marre de la personne que j’étais. Et mettre fin à mes jours, c’était la seule solution envisageable. « Putain tu fais quoi ?! » Mon frère, Idriss. Je m’étais retournée de façon instinctive, lui faisant face. Il avait une tête pétrifiée, son regard  balançait entre la lame et mon visage ; il était incompréhensif face à la situation. « Je vous débarrasse de moi. » Il m’arrachait la lame des mains, puis prenait mes poignets. «  T’as déjà essayé hein ? REPONDS MOI ! PENNY. » Je retirai mes poignets de son emprise. « Ca te regarde pas, Idriss. Depuis quand tu t’occupes de moi ?  » Sans même le regarder, je quittai la salle de bain. En effet, Idriss était sur la bonne voie : j’avais déjà fait subir ce genre de scarifications à mes bras, à l’aide s’un simple compas. Personne ne les avait jamais vues, étant donné que j’étais aussi transparente qu’une vitre.

« Bonjour Penny, je vais être ta psychologue, ton assistante et ton aide durant ton séjour parmi nous. » Je lâchai un bonjour à peine audible, serrant la poignée de ma valise. On m’avait envoyé ici contre mon gré, c’était mon frère qui avait pris l’initiative. « Ne t’en fais pas, tout se passera bien. Suis-moi, on va aller dans mon bureau pour faire plus ample connaissance. » Je suivais cette élégante femme à la taille parfaite, pas un pet de graisse, scrutant les alentours. Ils y avaient d’autres personnes comme moi ici, un peu plus développées corporellement que la moyenne. Au moins, je me sentais plus ‘normale’. « Par ici mademoiselle !  » Oops, mes pensées me perdront un jour ! Déposant ma valise dans un coin de la salle, je m’installai sur le canapé disposé en face du bureau. « Appelle-moi Maria. » J’acquiesçai, joignant mes mains l’une dans l’autre. « Je vois que tu n’es pas très bavarde. » ajoute-t-elle avec un petit sourire. « Alors Penny, parle-moi de ta vie en générale, dis-moi tout ce qu’il te passe dans la tête. » Je la regardais, un peu surprise qu’elle s’intéresse déjà à ma petite personne et son vécu. « Euh … je m’appelle Penny. J’ai douze ans. Je suis née ici, j’ai un frère … qui s’appelle Idriss. » Elle attendait surement plus de moi mais je n’avais pas la parole facile. « Je vais te poser des questions, ce sera plus simples. » Et c’est ainsi que je donnais ma confiance à Maria. Elle, au moins, elle ne me contredisait pas, elle m’écoutait avec attention, elle me donnait de l’intérêt. Et pour une fois je me sentais exister. Je lui avais confié mes craintes et ainsi, on avait établi des règles. Ne jamais se dévaloriser, arrêter de faire souffrir son corps, toujours garder la tête haute, ne jamais baisser les bras, toujours finir un projet entamé … Ce fut là le début de la fin de ce long carnage douloureux. Un programme de sport avait été mis en place, un traitement de médicaments ; en bref, tout était fait pour que je perde du poids, que je me délivre de mon mal être. En plus de ça, je n’étais pas toute seule à vivre cet entraînement intensif qui était devenu assez douloureux à vivre. Le sport, c’était nouveau et les médicaments avaient des effets radicaux. Ils étaient épuisants et j’avais du mal à m’y faire. Je me rappelai tout le temps que Maria voulait que je réussisse, elle me le répétait elle aussi tout le temps. En plus de tout ça, je suivais des cours. Ma scolarité était intégrée dans le centre ; au moins j’étais certaine de persévérer. Enchaîner mon dur traitement et des cours à côté, c’était loin d’être facile mais grâce à une équipe compétente, je prenais bien vite le fil. […] Trois ans s’étaient écoulés depuis mon entrée dans le centre. Je me souvenais de l’accueil chaleureux de la jolie Maria, de mes rencontres avec des personnes dans le même cas que moi, des moments durs passés ici. Et aujourd’hui, je passais ma dernière séance de psychologie avec Maria. C’était étrange de se dire ça, j’étais tellement habituée à lui faire mon compte rendu de chaque fin de journée. Elle était devenue comme une meilleure amie, celle à qui l’on se confie sans avoir peur d’avoir un regard jugeur posé sur soi, de parler librement et ouvertement. Cette femme, elle resterait mon modèle jusqu’à la fin de mes jours. « Quel est ton souhait maintenant ? » « Laisser l’ancienne Penny ici, je ne veux pas qu’elle quitte ce centre. »

Se sentir libre, c’était la meilleure sensation qu’il soit. Ce fut ainsi que je me sentais lors de ma sortie du centre. J’avais quinze ans, je me sentais belle –si ce n’est encore peu confiante de mon nouveau corps- et prête à recommencer une nouvelle vie. Mes  parents étaient venus me chercher, simplement parce qu’ils avaient dû se sentir obligés. Je les considérais comme des inconnus durant la montée dans le véhicule. A me demander s’ils se rappelaient de moi. Aucune nouvelle mais comme on dit pas de nouvelle, bonne nouvelle  ! Le seul mot de mon père fut une vague réplique, que je prenais à moitié comme un reproche. Un ah t’as maigris qui voulait tout dire. A regarder mes vieux, je voyais qu’ils ne vivaient pas dans le bonheur, leur joie ne crevait pas les yeux. Mais je m’en fichais, s’ils pouvaient souffrir comme j’avais pu moi-même souffrir. Le silence rongeait la voiture mais moi … je souriais, j’étais heureuse de vivre à nouveau. Ou … de vivre pour la première fois, de me sentir comme une réelle personne et non un souffre-douleur.« PENNY !  » J’eu à peine le temps de poser un pied en dehors de l’automobile que Idriss me sautait dans les bras. « Tu m’étrangles ! » Le seul à m’avoir soutenu durant mon long séjour au centre, à m’envoyer de nombreuses lettres chaque semaine (que je gardais précieusement dans un petit carton). Il était aujourd’hui dans mes bras. Il avait sacrément grandi, il était beau du haut de ses dix-sept ans. « Tu m’as manqué. » Lui aussi, énormément. « Tu es magnifique…  » lançait-il en me faisant tournoyer sur moi-même. Le premier compliment de ma vie. Et il venait de mon frère, que j’aimais par-dessus tout. Il m’avait premièrement sauvé la vie, puis envoyé dans un centre pour me créer un nouveau moi. Et là, maintenant, il me comblait de bonheur. « Merci Idriss. » Je me réfugiais dans ses bras, le serrant contre moi. J’avais peur qu’il m’échappe, peur de perdre la seule personne qui comptait à mes yeux, le seul qui avait son importance. Je n’étais rien sans lui. « On ne se quitte plus !  » « Plus jamais, promis.  » Et les promesses étaient des promesses, que l’on tenait dur comme fer. Un an s’était écoulé, je ne comptais plus les années. J’avais intégré le lycée de la ville après mon retour, c’était étrange pour moi. Plus personne ne me regardait d’un mauvais œil, je n’étais plus la source d’attention que j’étais auparavant. Et je m’étais promise de ne plus penser ou parler de l’ancienne Penny. La nouveauté, c’était qu’Idriss avait eu dix-huit ans, c’est pourquoi nous avions quitté la maison. C’était préférable vu les relations que l’on entretenait avec les parents. Un joli appart ni trop grand ni trop petit, que tante Grace nous avait payé. La bonté de la famille, à croire qu’il y avait un peu de générosité parmi nous. Je reprenais confiance en moi, doucement mais surement. Sous les conseils de mon frère, je suivais un suivi avec une psychologue pour m’aider à reprendre la route. C’était aussi bien de se confier à une autre personne. Ce petit manège ne dura pas longtemps puisque j’avais pris une certaine assurance en moi, caractérisée par le soutien de mon frère.

Les amis, c'est ce qu'il y a de plus important dans la vie. Au début, je me fichais d'être entourée, de commencer une quelconque amitié avec quelqu'un. Autant dire que mon adhésion au centre n'avait  rien facilité, je n'avais jamais eu de contact avec d'autres. Mais il avait suffit que je rencontre les bonnes personnes, celles qui me comprennent, celles qui ne me jugent pas … Sélénia, Elisha, Alisha, et Eileen. De vraies perles, des meilleures amies en or. Nous étions une petite bande inséparable, dès notre entrée au lycée. Pour moi c'était tout nouveau, avoir des amis, dépendre d'eux … Les filles avaient bien remarqué cela tout de suite mais ça nous avait rapproché au final : je leur avais raconté mon passé. Et une première promesse : ne jamais rien dire. […] « Je vais t'écraser meuf ! T'inquiètes ! » gueulait Eileen dans l'appart à l'intention d'Elisha. Ce soir ? Soirée Just Dance, comme à chaque fois. La danse, c'était notre passion à toutes les cinq, mais ce jeu, c'était un sacré défouloir mine de rien. Moi j'avais fini par m'attabler en compagnie d'Alisha puis de Sélénia, bouffant le bol de fraises. Quoi de meilleur, sérieusement ? On regardait les meufs se dandinait sur un air connu, Call Me Maybe, filmant par la même occasion.  Il y en avait toujours une qui lâchait prise et qui finissait par faire la conne. Gagné pour Eileen, qui se mettait subitement à danser la macarena. Fou rire général en voyant sa tête de clown. Il n'en fallu par moins pour déclarer une soirée dansante, passant par une bataille de coussin. Au final, l'appart de mademoiselle Elisha avait fini dans un carnage, à croire que c'était Bagdad. Ouais, quand on était toutes les cinq, c'était forcément le foutoir général, rien de bien nouveau. Tout le monde le savait. Et les voisins aussi, qui subissaient très régulièrement la basse-cour. La mamie du dessus a beau nous menacer avec son petit index tout frité et tout tordu, nous, on écoute rien.

Mon corps, j’y avais pris goût. J’en étais fière désormais et je comptais en faire un atout. J’avais alors trouvé refuge dans le mannequinat, une agence que tenait mon frère. Ce fut extrêmement facile pour moi de m’y intégrer, le piston familial c’était le top ! Qui aurait qu’un jour la petite boule deviendrait l’une de ces mannequins  filiformes à prendre la pose devant un objectif ou à défiler avec des tenues parfois osées ? La roue tournait, parfois. Et mon destin, il avait repris le droit chemin grâce à mon frère. S’il ne m’avait pas poussée à aller dans ce centre, je serai encore une p’tite boule de vingt-deux ans. « De nouveaux mannequins vont faire leur arrivée aujourd’hui. Notamment celui avec qui tu vas travailler. » En plus d’être mannequin, j’avais souvent l’impression d’être l’assistante de mon frère. Surement parce qu’il m’informait de tout, que j’étais à ses côtés pour les recrutements ; en bref, j’avais mon importance. « Pen’, je te présente Sinbad. Sinbad, Penny. » Très professionnelle, je préférais marquer quelques limites, me décidant à simplement lui serrer la main. Je n’avais encore jamais travaillé avec un mec, ni posé avec d’ailleurs. J’avais toujours refusé, suite à mon passé. C’était gênant pour moi, je me revoyais parfois avec mes rondeurs en trop. « Salut. Ravi de travailler avec toi très prochainement. » Ouais bon, même si je ne l’avouais pas, Sinbad était un très beau garçon. Pas pour rien qu’il avait réussi le casting avec brillau  ! Typé, brun ténébreux, assez grand, tatoué … C’était évident qu’il réussissait sans grand mal à se faire embaucher pour plusieurs contrats. « Bon bah vous allez commencer maintenant, après quelques retouches par les maquilleuses, les coiffeuses et les stylistes ! » Même pas le temps de me préparer psychologiquement, mon frère abusait ! […] Le photoshoot s’était relativement bien passé, malgré que chaque touché entre lui et moi m’avait fait me sentir étrange. Des sortes de frissons ou je ne sais quoi, prouvant que son contact n’était pas désagréable.  « Bon alors ? On va se calculer seulement pendant les prises photos ?  » Je le regardai, un peu troublée de sa question. Le mec, quoi … « Euh, j’te demande pardon ?  Tu viens d’arriver et tu me parles comme ça. » Ça n’allait pas le faire. Mais vraiment pas. En plus de me reluquer de haut en bas, il me parlait comme si j’étais sa future proie. Ouais, je l’imaginais parfaitement bien dans ce genre de mec : arrogant, dragueur, coureur de jupon … Les mecs de nos jours, en bref. « Ne te fais pas d’idées Sinbad, ça sert à rien. » Je lui faisais un sourire, plus hypocrite qu’autre chose au final. J’aimais avoir le dernier mot, c’est ce qu’il fallait savoir mais Sinbad, il ne semblait pas avoir compris la leçon. « Ah ouais ? Tu le prends comme ça ? Très bien !  » Je me retournai dans ma marche ; il arborait un sourire en coin, me faisant comprendre qu’il répondrait présent à chaque occasion qu’il aurait d’aller plus loin avec moi. « On se voit bientôt ! » C’est ça … Quoi que je n’avais pas le choix. Il était mon mannequin assigné, celui avec lequel je devais travailler pour le projet de mon frère. Je ne pouvais pas refuser, ce serait le décevoir. Et puis bon, ce Sinbad, il ne m’impressionnait pas sous ses grands airs. Il était un mec comme les autres.  Mais ce que je ne savais pas, c’est que j’étais tombée sous son charme dès cette première séance, sans même pouvoir y faire quelque chose. Et me l’avouer serait très dur.




Dernière édition par J. Penny Martin le Lun 29 Juil - 12:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

« ADMINISTRATRICE »

A PARIS DEPUIS : 10/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 1293
PSEUDO : yuliana
CREDITS : moi-même


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 27 Juil - 17:56

Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche I love you
Si tu as des questions, n'hésites surtout pas cutie

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1170-danae-lynn-je-te-regarde-tu-me-regardes-tu-crois-que-je-t-aime-mais-je-t-emmerde
avatar



A PARIS DEPUIS : 23/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 221
PSEUDO : fucking face.
CREDITS : Kowalski. (avatar)


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 27 Juil - 18:31

Awwwww bienvenue sur le forum cutie

_________________
PAS ACCÈS À MON ORDI JE REVIENS BIENTÔT I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t533-killing-isnt-like-smoking-you-can-quit
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 27 Juil - 20:08

Merci zoulies demoizelles. cutie 

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

« ADMINISTRATEUR »

A PARIS DEPUIS : 01/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 322
PSEUDO : steel wheels
CREDITS : yumita


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 28 Juil - 10:00

BIENVENUE SUR LE FORUM ! soldes 
Bonne chance pour ta fiche
& à la moindre question n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1173-alex-enzo-but-you-re-an-animal-baby-it-s-in-your-nature
avatar

A PARIS DEPUIS : 17/03/2013
BAGUETTES ACHETEES : 253


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 28 Juil - 13:41

Un garçon, c'est toujours très utile, voyons. mdr 
Bienvenue ! °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1213-ne-fais-jamais-d-une-personne-ta-priorite-quand-tu-n-es-qu-une-option-dans-la-sienne
avatar


THAT'S THE SPIRIT

“Why’s it starting to feel like you’re Batman and I’m Robin? I don’t wanna be Robin all the time!”

A PARIS DEPUIS : 20/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 618
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CREDITS : Riddle & Tumblr.


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 28 Juil - 20:56

BIENVENUE SUR LE FORUM
&
bon courage pour ta fiche

_________________
⊹ You know who else is a virgin? Me. I'm a virgin, okay? You know what that means? It means my lack of sexual experience is now literally a threat to my life, okay. I need to have sex. Like right now. Someone needs to have sex with me like today. Like someone needs to sex me right now !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


À CAUSE
DES GARÇONS

Tu déconnes on va pas se faire encore un plan gros ça comme. De quel plan tu causes, tu oses, c’est toi qu'a commencé. J'abandonne. T'es vraiment trop conne. À pas grand chose tu déconnes. Ben tu vois, lui, me trouve super bonne. À cause des garçons. On met des bas nylon, on se crêpe le chignon. À cause des garçons. Et du qu'en dira-t-on, on pleure sur tous les tons. À cause des garçons. On s'allume pour de bon. À cause des garçons.


A PARIS DEPUIS : 23/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 420
PSEUDO : endless hope, bitch.
CREDITS : retrotrend. tumblr.


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Lun 29 Juil - 0:19

Oh, l'est toute mimi. cutie love
Bieeeenvenue.

_________________
MÉFIE-TOI DU CONNARD DANS TON BOUDOIR

Je veux tout tenter, je manque d'espace je veux tout changer. Bousculer ma vie pour mieux respirer, faire sortir ma rage, je me perds, je me perds, je me perds, je me blesse. Avec tous ces cons qui m'oppressent. Une poupée chiffon voilà ce que je suis, pour tous ces hommes mal-polis. unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1212-saucisse-certains-l-aiment-tendre-d-autres-bien-cuite#23560
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Lun 29 Juil - 10:51

Merci a vous les keupaaaains ! cutie 

Gwenaël - Bah tiens, t'as gagné mdr à part gueuler, se plaindre et rien faire .. Arrow siffle 
Anne-Sophie - Rosiiiiiiiie est magnifique ! I love you 

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

« ADMINISTRATRICE »

A PARIS DEPUIS : 10/02/2013
BAGUETTES ACHETEES : 1293
PSEUDO : yuliana
CREDITS : moi-même


LA VIE EN ROSE
NOTE A MOI MÊME:

MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Lun 29 Juil - 13:28

Ton histoire est touchante puppy
Tout est bon, je te valide donc I love you Bon jeu parmi nous cutie

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1170-danae-lynn-je-te-regarde-tu-me-regardes-tu-crois-que-je-t-aime-mais-je-t-emmerde
avatar

« je ne suis pas de ceux qui se résignent devant la roue du destin, je la détruirai si elle ne tourne pas à ma guise. »

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 51
PSEUDO : lauu _ (laurine).
CREDITS : tumblr is my boyfriend.


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Sam 3 Aoû - 23:27

i love u, darling de mon coeur.

_________________
on your shoulder, on your shoulder,
i can reach an endless sky, feels like paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1411-elisha-my-life-is-like-a-mirror-it-is-only-a-reflection-of-myself
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 4 Aoû - 9:09

je t'aaaaaaaaaaaaime bébé. puppy 
pour les avatars j'vais les recommencer, ceux que j'ai fais me plaisent PAS DU TOUT Arrow 

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to
avatar

« je ne suis pas de ceux qui se résignent devant la roue du destin, je la détruirai si elle ne tourne pas à ma guise. »

A PARIS DEPUIS : 03/08/2013
BAGUETTES ACHETEES : 51
PSEUDO : lauu _ (laurine).
CREDITS : tumblr is my boyfriend.


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 4 Aoû - 11:08

banane va elise 

_________________
on your shoulder, on your shoulder,
i can reach an endless sky, feels like paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1411-elisha-my-life-is-like-a-mirror-it-is-only-a-reflection-of-myself
avatar

straight into my heart and stole it. i said 'can you give it back to me ?' he said 'never in your wildest dreams'..
A PARIS DEPUIS : 27/07/2013
BAGUETTES ACHETEES : 64
PSEUDO : feeling free. aka clarys.
CREDITS : ruthless (ava) tumblr (sign)


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   Dim 4 Aoû - 11:44

BANANA FOREVAAAAAAA. Arrow 

_________________

LIVE
LOVE
LAUGH
♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisien.fr1.co/t1201-and-i-can-t-change-even-if-i-tried-even-if-i-wanted-to

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: and i can't change even if i tried, even if i wanted to.   

Revenir en haut Aller en bas
 

and i can't change even if i tried, even if i wanted to.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On ne change pas une equipe qui gagne
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change
» Faudrait que je change mon portable: que me conseillerz vous
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Obama;Change is coming to america

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOQUE YOU, I'M PARISIEN 〈〈 BIENVENUE A PANAME, NEGRO 〉〉 :: PERSONNAGE :: PRESENTATION :: FICHES VALIDEES-